/news/health
Navigation

Une «game politique» contre les médecins

Une «game politique» contre les médecins
Photo d'archives, Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Loin d’être trop payés, les médecins omnipraticiens se disent la cible d’une «game politique» des syndicats et des partis d’opposition et lancent une campagne médiatiques pour «rectifier les faits».

«Ça fait plus d’une semaine qu’on entend parler du rapport de la Vérificatrice générale. On reprend des chiffres et des affirmations qui ne représentent pas la réalité», affirme Louis Godin, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens, en entrevue avec Le Journal.

Il conteste les conclusions de la vérificatrice générale, qui estimait dans son rapport que les coûts de l’entente de rémunération entre Québec et la FMOQ avait été dépassées de 32,7 millions $ Les dépassements atteignent 400 millions $ en y incluant le salaire des médecins spécialistes.

«De un, nous estimons que le gouvernement a économisé 1,5 million $ entre 2010 et 2015. De deux, dire que ça n’a pas donné de résultat, il faut faire attention : il y a 1,6 million de plus de patients inscrits en cinq ans», a-t-il affirmé.

Pour le Dr Godin, il y a maintenant «une game politique qui se joue contre les médecins» en ce moment. Il cite en exemple des «commentaires des partis d’oppositions» et les syndicats du front commun qui reprennent ce chiffre pour dire «nous aussi on veut être mieux payé».

«Il y a actuellement des négociations avec d’autres groupe. De parler de la rémunération des médecins, ce n’est pas étranger à ça», a-t-il noté.

Les médecins sont payés «convenablement»

Louis Godin souligne par ailleurs que les médecins de familles sont payés «convenablement, sans plus». «Avec un revenu moyen au dessus de 200 000 $ avant dépenses, c’est évident que ça fait réagir les gens. Mais quand on compare la rémunération des médecins de famille avec celle du Canada, ils payés convenablement, sans plus», a-t-il noté.