/news/politics
Navigation

Trudeau attaqué de toutes parts

L’opposition lui reproche d’avoir tourné le dos à certaines de ses promesses

Canada's PM Trudeau speaks in the House of Commons in Ottawa
Photo REUTERS Justin Trudeau
Premier ministre du Canada

Coup d'oeil sur cet article

Baisses d’impôts pour la classe moyenne, environnement, Postes Canada, terrorisme et réfugiés syriens: le gouvernement Trudeau a été attaqué de toutes parts lors de la première période des questions lundi.

Les partis d’opposition ont accusé le premier ministre Justin Trudeau, élu il y a moins de deux mois, d’avoir déjà tourné le dos à certaines de ses promesses électorales.

La chef intérimaire des conservateurs, Rona Ambrose, a ouvert les hostilités en reprochant au premier ministre Justin Trudeau de ne pas avoir fait mention de la lutte contre le terrorisme et le groupe armé de l’État islamique dans son discours du trône de vendredi dernier.

Elle a fait valoir que le président Barack Obama avait remercié ses alliés, dans un discours dimanche, sans mentionner le Canada, y voyant un lien avec la décision des libéraux de mettre fin aux frappes aériennes en Irak et en Syrie.

Le premier ministre a rétorqué que son gouvernement demeurait résolu à lutter contre le terrorisme avec la coalition, mais sans les bombardements des CF-18.

«Cependant, ce que nous n'allons pas faire, c'est continuer d'essayer d'en parler et de donner de la publicité gratuite au groupe État islamique, parce que nous savons que ce groupe se sert de la propagande pour se propager et s'élever», a soutenu M. Trudeau.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a pour sa part accusé le gouvernement libéral de ne pas avoir encore élaboré de plan pour réduire les émissions de réduction de gaz à effet de serre (GES). Le premier ministre a pour sa part rappelé que les cibles du Canada seraient définies de concert avec les provinces.

M. Mulcair a aussi reproché au premier ministre de ne pas avoir écrit noir sur blanc dans son discours du trône sa promesse électorale de rétablir le courrier à domicile.

Le premier ministre est resté vague, faisant valoir que son gouvernement avait imposé un moratoire sur les installations des boîtes postales. «Nous allons continuer de travailler avec les ministres et les partenaires, afin de nous assurer que les Canadiens ont les services dont ils ont besoin», a rétorqué M. Trudeau.