/news/politics
Navigation

Québec imposera la norme «zéro émission» pour les véhicules vendus dans la province

Le premier ministre Philippe Couillard.
Photo Régys Caron Le premier ministre Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

LE BOURGET | Le gouvernement Couillard s'apprête à imposer une norme «zéro émission» de carbone pour les véhicules automobiles vendus au Québec.

Québec rejoindrait ainsi la Californie qui a dû se battre jusqu'en Cour suprême des États-Unis pour faire adopter cette mesure visant à réduire les émissions de CO2. Le gouvernement Obama en a par la suite fait une norme nationale.

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé son intention, mardi, alors qu'il participait à un panel sur les autos électriques, à la Conférence de Paris sur le climat, qui se tient au parc d'expositions Le Bourget, en banlieue nord de Paris.

«On avance vers une norme zéro émission, ça fait partie des choses qu'on doit faire. On va essayer de se prononcer sur cette norme-là avant la fin de notre mandat», a précisé M. Couillard à l'occasion d'une mêlée de presse.

La mesure consistera, comme en Californie, à exiger un pourcentage de véhicules à zéro émission de gaz à effet de serre (GES). «Ce qui était demandé dans la loi de la Californie, qu'on va étudier, c'était non pas qu'il n'y ait que des véhicules électriques chez les concessionnaires. C'est qu'il y ait un pourcentage, parmi les véhicules vendus, qui soient des véhicules à zéro émission, pour qu'il y ait une offre faite aux consommateurs», a exposé M. Couillard.

Fabriquées au Québec?

Le gouvernement promet de consulter les constructeurs d'automobiles afin d'établir une proportion de véhicules à zéro émission qu'ils pourront soutenir. «En Californie, ils avaient fixé un premier pourcentage et ils ont dû reculer par la suite parce que c'était trop élevé pour les constructeurs.»

Québec mise particulièrement sur les voitures électriques qui seront fabriquées au Québec, souhaite le premier ministre. «On a les matériaux, l'aluminium, le lithium pour les batteries, on a les matériaux aéronautiques parce qu'ils sont plus légers, on a la main-d'oeuvre. On a tout ce qu'il faut au Québec pour miser sur le transport électrique», insiste M. Couillard.

Il existe actuellement 7500 véhicules électriques, sur les routes du Québec. Le gouvernement souhaite porter leur nombre à 100 000 au tournant de 2020. «L'important, pour que les citoyens adoptent ce moyen de transport, c'est de maintenir le soutien qu'on a, soit pour l'achat et par les bornes de recharge et qu'il y ait une offre, et l'offre s'accélère.»
Québec mise sur l'électrification des transports pour réduire de 37,5% ses émissions de GES d'ici 2030.
 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.