/news/society
Navigation

Le panache d’orignal tient tête à la Ville

Le panache continuera de trôner sur la rue Lajoie Sud à Joliette.
Photo Amélie St-Yves Le panache continuera de trôner sur la rue Lajoie Sud à Joliette.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Un restaurateur qui devait retirer son panache d’orignal devant son commerce parce que la Ville le trouvait trop laid a décidé de tenir tête à la municipalité et de le laisser en place. Il risque une amende salée.

Jean-Philippe Marion n’a pas enlevé la tête d’orignal qui fait office d’enseigne à son nouveau restaurant, l’Élan, situé au centre-ville de Joliette. Alors qu’il devait la retirer lors du lancement mercredi soir, il a plutôt annoncé qu’il allait tenir tête à la Ville, sous les applaudissements et les encouragements des dizaines de personnes présentes.

La Ville de Joliette lui demande d’enlever le trophée de chasse payé 1500 $, car cela ne concorde pas avec «la beauté du centre-ville» ni avec le plan d’implantation et d’intégration architecturale. En fait, la ville considère que c’est de mauvais goût, en dépit de la thématique chasse et pêche de la brasserie.

La conserver

«Les gens me disent de la garder. Je trouvais que j’allais décevoir trop de monde. Et je me décevais moi aussi en même temps. Donc je me dis: «Que l’histoire continue!», affirme Jean-Philippe Marion.

En attendant que son dossier soit révisé en janvier, le restaurateur s’expose à des amendes qui pourraient atteindre 500 à 2000 $ par jour.

«J’ai compris de ma discussion avec le maire que la Ville est favorable à avoir une écoute active jusqu’en janvier. Je me dis que si les administrateurs sont de bonne foi, ils ne vont pas me donner d’amendes. Je me croise les doigts.»

Du côté de la Ville, on confirme que rien n’a changé, et que M. Marion doit retirer la tête d’orignal comme il s’était engagé à le faire.

Pour l’heure, une grosse boucle rouge a été posée dans le cou de l’orignal.

«La tête peut aussi devenir une décoration de Noël. Légalement, il n’y a rien qui régit les décorations de Noël...», conclut Jean-Philippe Marion.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.