/news/currentevents
Navigation

Manifestation à Montréal: arrestations et vitrines fracassées

Bloc situation Police
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Plusieurs personnes ont été arrêtées mercredi soir, à l’issue de la «Manif de soir» organisée à Montréal à l'occasion de la grève générale ayant lieu dans l’ensemble du Québec. Les autorités n’ayant pas obtenu l’itinéraire de cette marche, celle-ci a immédiatement été déclarée illégale.

Quelques centaines de manifestants ont quitté la place Émilie-Gamelin vers 20 h 30. Certains étaient cagoulés. Vingt minutes plus tard, des projectiles et des pièces pyrotechniques ont été lancés en direction des policiers, a rapporté le porte-parole du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), Laurent Gingras.

Le SPVM a tenté dès lors de disperser les participants en utilisant notamment des irritants chimiques.

Dans la foule, une personne aurait été blessée, apparemment par d’autres manifestants, plusieurs vitrines ont été fracassées sur le boulevard René-Lévesque, notamment les devantures de SNC-Lavalin et de la BMO, et les vitres d’une voiture de police ont été brisées.

Vers 21 h 30, quelques personnes étaient de retour sur la place Émilie-Gamelin, sous haute surveillance. «La manifestation a été dispersée, mais disons que ce n’est pas tout à fait fini», a commenté M. Gingras.

Sur la page Facebook de l’événement, un peu moins de 500 personnes avaient indiqué qu’elles participeraient à cette marche nocturne contre l’austérité.

«Nous ne nous laisserons pas pacifier par une entente à rabais ou par une loi spéciale! Prenons les devants: notre lutte n'est pas négociable, nous, on ne reculera pas, pouvait-on lire sur la page. Le 9 décembre au soir, reprenons la rue! Réchauffons la ville de nos pas et de nos cris!»