/sports/golf
Navigation

Sara-Maude Juneau voit 2016 en rose

La golfeuse assure revenir en force après avoir abandonné le tournoi de qualification de la LPGA

Manulife Financial LPGA Classic - Round Two
Photo AFP Sara-Maude Juneau garde espoir pour la prochaine saison de golf.

Coup d'oeil sur cet article

Écartée du dernier tournoi de qualification de la LPGA par un empoisonnement alimentaire, Sara-Maude Juneau s’est remise de ses émotions à son domicile de la Caroline du Nord.

La golfeuse de Lac-Saint-Joseph a dû abandonner pendant la quatrième ronde, en fin de semaine, en Floride.

«En santé, j’étais confiante de terminer dans le top 45 [donnant un laissez-passer partiel] ou même dans le top 20 [laissez-passer à temps plein]. Mais en raison de mon état, ce fut impossible. Il y a des choses qui arrivent dans une carrière, et celle-là en est une.»

Après avoir été alitée dans la nuit de samedi à dimanche, Juneau a décidé de quitter la Floride en voiture afin de retourner chez elle, en Caroline du Nord. Une balade de sept heures.

«J’étais faible, mais tant qu’à rester dans un lit d’hôtel, j’ai décidé de conduire tranquillement et de retourner chez moi. Depuis quelques jours, je vais mieux, mais je profiterai de la fin de la saison pour me reposer.»

ESPOIR

Malgré son incapacité à se qualifier sur le circuit de la LPGA en vue de la prochaine saison, le produit des Cardinals de l’Université Louisville, au Kentucky, ne perd pas espoir.

«Honnêtement, je vois de belles choses pour 2016. Avant mon empoisonnement alimentaire, je me trouvais seulement à six coups du top 20. Je suis évidemment déçue de ma fin de saison, mais je vous assure que je reviendrai en force la saison prochaine.

«Je ferai encore partie du circuit Symetra en tentant de me qualifier pour des tournois de la LPGA. Je viens quand même de connaître une saison satisfaisante. Je m’améliorerai et, je le répète, je vois de bonnes choses pour moi la saison prochaine.»

En attendant, Juneau viendra passer le temps des Fêtes dans la région avec ses proches. «Je ne peux pas passer un Noël sans neige», a-t-elle lancé en direct de la Caroline du Nord.