/news/currentevents
Navigation

Une mère déchirée par des propos haineux sur son défunt fils

Marlène Drolet,  la mère de Jessy Drolet.
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Marlène Drolet, la mère de Jessy Drolet.

Coup d'oeil sur cet article

La mère de Jessy Drolet, décédé dans une collision entre sa moto et une auto-patrouille de la police de Québec en septembre dernier, se dit détruite par des propos haineux sur son fils tenus par un internaute.

Dans une vidéo publiée le 29 octobre dernier sur la chaîne YouTube intitulée «Jessy Drolet était-il un déchet de Québec?», un internaute Dominic Pelletier fait des déclarations incendiaires sur l’homme qui a perdu la vie dans un tragique accident il y a quelques mois.

Dominic Pelletier
Photo Facebook
Dominic Pelletier

«Premièrement, il a l’air d’un abruti. Il a l’air d’un auditeur de radios poubelle de la ville de Québec. Je pense que ce gars-là était un auditeur de Jean-François Fillion», a-t-il lancé dans la vidéo publiée plus d’un mois après l'accident mortel de septembre dernier. Vous pouvez regarder la vidéo en question ci-dessous.

«Il me semble que ce gars-là semble avoir un lourd dossier et que j’ai peut-être le droit de me réjouir (...) que ce gars-là soit mort, mort, mort», a ajouté Pelletier, qui a déjà fait les manchettes en 2014 pour ses idées d’extrême droite.

Pour la mère de Jessy, qui est tombée sur la vidéo la semaine dernière seulement, entendre de tels propos sur son défunt fils est carrément déchirant. «Il détruit mon garçon. C’est terrible, a confié Marly Drolet. J’ai de la colère contre la policière qui l’a tué et j’ai cet homme-là en plus de ça.»

Sur la photo, Jessy Drolet et sa conjointe Audrey Vaillancourt-Martineau.
Photo courtoisie
Sur la photo, Jessy Drolet et sa conjointe Audrey Vaillancourt-Martineau.

La conjointe de Jessy Drolet, qui est également la cible de propos haineux de la part de Pelletier dans la vidéo, souhaiterait quant à elle parler à l’homme.

«C’est tel que tel de m’attaquer, car je peux me défendre, mais parler de mon Jess...Ça m’écœure. J’aimerais bien le trouver et lui parler», a confié Audrey Vaillancourt-Martineau.

Rappelons que la policière qui était au volant de l’autopatrouille de la police de Québec est entrée en collision avec Jessy Drolet alors qu’elle effectuait un demi-tour dans une zone de travaux sur l’autoroute Laurentienne. L’enquête, qui avait démontré que la policière ne répondait pas à un appel d’urgence, suivrait toujours son cours selon la Sûreté du Québec. «C’est une enquête qui est lente, minutieuse et qui demande du temps. C’est un délai qui est normal», a tenu à rassurer le sergent Claude Doiron.