/sports/hockey/canadien
Navigation

Le Canadien méconnaissable

Il pourrait subir cinq revers de suite pour la première fois en près de quatre ans

L’attaque du Canadien est en panne, particulièrement en troisième période, et plusieurs joueurs traversent des ­séquences anémiques.
Photo d'archives L’attaque du Canadien est en panne, particulièrement en troisième période, et plusieurs joueurs traversent des ­séquences anémiques.

Coup d'oeil sur cet article

On craignait tous l’incidence de la blessure de Carey Price sur la saison du Canadien. Jamais on aurait imaginé que celle de Brendan Gallagher allait être tout aussi néfaste.

Depuis que le guerrier de l’Alberta est tombé au combat, le 22 novembre, l’attaque du Tricolore est méconnaissable. Après deux matchs où elle a maintenu le rythme imposé depuis le début de la saison, elle est tombée pratiquement à plat.

Si l’état-major du Tricolore ne redresse pas la situation, le Canadien pourrait, samedi soir face aux Sénateurs, vivre une première séquence de cinq revers depuis les cinq subis entre le 19 et le 28 février 2012.On craignait tous l’incidence de la blessure de Carey Price sur la saison du Canadien. Jamais on n’aurait imaginé que celle de Brendan Gallagher allait être tout aussi néfaste.

Depuis que le guerrier de l’Alberta est tombé au combat, le 22 novembre, l’attaque du Tricolore est méconnaissable. Après deux matchs où elle a maintenu le rythme imposé depuis le début de la saison, elle est tombée pratiquement à plat.

Si l’état-major du Tricolore ne redresse pas la situation, le Canadien pourrait, samedi soir face aux Sénateurs, vivre une première séquence de cinq revers depuis les cinq subis entre le 19 et le 28 février 2012.

Au cours des six dernières rencontres, le Tricolore n’a pas été en mesure de marquer plus de deux buts.

Dans l’entourage du Canadien, on mentionne souvent que trois buts doivent être suffisants pour gagner. Dernièrement, c’est effectivement le cas, mais à l’avantage de ses adversaires.

Impossible de pointer du doigt la profondeur du Canadien. Cinq de ses six derniers buts ont été marqués par des employés de soutien, dont trois par des joueurs récemment rappelés de la Ligue américaine.

Les canons à sec

Le problème vient en fait des gros canons incapables de trouver le fond du filet. Tomas Plekanec n’a pas marqué depuis 14 matchs. Max Pacioretty n’a compté qu’une seule fois à ses sept derniers matchs. P.K. Subban, dont le seul but de la saison remonte au 24 octobre, n’a récolté qu’un seul point à ses sept dernières sorties.

«Je dois trouver une façon de mieux jouer. Les deux derniers matchs étaient embarrassants pour moi. Je devrai rebondir rapidement», a lancé Pacioretty au terme du match à Detroit.

D’ailleurs, le capitaine du Canadien avait démontré des premiers signes d’insatisfaction, samedi dernier, après la défaite en Caroline.

Contre les Wings, Tomas Fleischmann a mis fin à une séquence de sept matchs sans but. Or, Dale Weise et David Desharnais, ses compagnons de trio de la première heure, traversent des disettes respectives de 10 et huit matchs.

Terribles troisièmes périodes

Pour secouer son attaque, Michel Therrien a cru bon jongler avec ses trios. Il faut avouer que jusqu’ici, les résultats sont nuls. Particulièrement sur la première unité où il ne semble n’y avoir aucune chimie entre Pacioretty et Alex Galchenyuk.

Les carences offensives du Tricolore deviennent encore plus criantes en troisième période. Au début de la saison, les hommes de Michel Therrien profitaient des 20 dernières minutes de jeu pour porter le coup de grâce à leurs adversaires. Ce qui n’est plus du tout le cas depuis quelques semaines.

«Si je connaissais les raisons de nos insuccès en troisième période, nous ferions les choses différemment. Nous n'aurons pas le choix de trouver des solutions. Ça ne devrait pas arriver à notre équipe», a indiqué Pacioretty.

Or, au cours des six derniers matchs, le Canadien n’a inscrit que quatre buts dans cet engagement. En revanche, il s’en est fait marquer neuf, soit 39 % des 23 accordés depuis le début de la saison.