/misc
Navigation

Karlsson, le cœur de l’attaque

SPO-HOCKEY-SENATORS-CANADIENS
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Erik Karlsson est le meilleur marqueur parmi les défenseurs de la Ligue nationale.

Coup d'oeil sur cet article

On me permettra quelques ­observations sur les nombreux matchs que j’ai regardés au cours des dernières semaines.

Jeudi, j’étais à Tampa pour assister à la rencontre entre les Sénateurs et le ­Lightning, un duel que les «Sens» auraient dû gagner.

Mais Ben Bishop en a décidé autrement. Au cours de la première période, Ottawa a largement dominé, le Lightning semblait avoir les patins dans le ciment.

Encore une fois, j’ai pu apprécier le remarquable talent d’Erik Karlsson. On dira que c’est un joueur à risque et l’entraîneur Dave Cameron le sait. Par contre, il sait aussi qu’il peut faire la différence.

Par conséquent, on donne le feu vert au défenseur suédois et il s’acquitte de sa tâche avec brio. Pas étonnant qu’il occupe le premier rang pour le nombre de points chez les défenseurs du circuit et qu’il pourrait atteindre le plateau des 70 points.

Il est le cœur de l’attaque de cette équipe et il sait comment profiter de toutes les situa­tions. Il possède une vision exceptionnelle et son accélération est étonnante.

Interrogations à tampa

On m’a posé la question à quelques occasions au cours des derniers jours, sans doute parce que j’assiste à tous les matchs du Lightning. Le dossier Steven Stamkos dérange-t-il les joueurs de l’équipe?

Je ne connais pas l’ambiance qui règne dans le vestiaire du Lightning, cependant il est certain qu’il s’agit d’un sujet qui ne laisse personne indifférent. Après tout, Stamkos n’est-il pas le joueur d’exception du Lightning?

Par conséquent, qu’il n’ait pas encore signé une nouvelle entente avec l’équipe soulève des interrogations. Certains croient que les décideurs du Lightning attendent de voir quel genre de contrat signera Anze Kopitar avec les Kings de Los Angeles. Je ne crois pas à cette théorie. Après tout, les dirigeants du Lightning savent exactement quel impact exerce Stamkos et ils ­connaissent sa valeur sur le marché.

Pas d’empressement

Les décideurs de la Ligue nationale ont tenu une réunion la semaine dernière, à Pebble Beach. Rien de bien spectaculaire n’a transpiré de cette rencontre.

Les gouverneurs ont effleuré quelques sujets, ont décidé qu’il faut éliminer le ­règlement de la compensation envers une équipe qui perd les services d’un administrateur au profit d’une autre formation.

Ce règlement allait à l’encontre de la ­logique et, de vous à moi, comment ­aurait-on pu l’appliquer avec la possibilité d’un élargissement des cadres? Allait-on exiger une compensation de la part des nouvelles équipes?

Justement, attardons-nous sur le dossier de l’expansion. Faut-il croire que les gouverneurs ne sont pas pressés d’ajouter de nouvelles équipes? C’est l’impression que ça me donne. Il y aura une expansion, c’est clair, mais quand? Je crois que la priorité de la Ligue est de voir à ce que toutes les équipes soient en bonne santé financière.

Saison folle

Quelle saison remplie de bouleversements! C’est fou. Sidney Crosby qui n’apparaît plus parmi les meilleurs pointeurs de la Ligue. Ryan Getzlaf qui n’a marqué qu’un seul but jusqu’à maintenant. C’est à n’y rien comprendre.

Entre-temps, on m’a demandé cette semaine si Jonathan Toews ressentait les ­effets des événements des dernières années, les séries éliminatoires, les Jeux olympiques, etc. Je ne le crois pas. ­Comment expliquer qu’il ne produit pas comme le fait Patrick Kane?

Disons tout d’abord que les deux joueurs ont des rôles différents. Également, Toews ne joue pas tellement souvent avec ­Duncan Keith, qui est utilisé quand le trio de Kane est sur la patinoire.

L’avenir de Byfuglien et Ladd

J’ai bien hâte de voir comment réagiront les Jets de Winnipeg avec Dustin ­Byfuglien et Andrew Ladd. Tous deux ­pourront tester le marché des joueurs ­autonomes sans compensation à la fin de la saison, mais ils exercent un impact ­important chez les Jets.

Va-t-on les échanger? Mais peut-on vraiment songer à une telle possibilité quand on évolue dans la division Centrale?

CH : les vétérans ont la réponse

Pour la première fois de la saison, le Canadien doit composer avec l’adversité. Carey Price est sur la touche et on me dit que la perte de Brendan Gallagher fait très mal à l’équipe, tant sur le plan du leadership et de la fougue sur la surface de jeu.

Il y a des joueurs qui, au-delà les statistiques, influencent un match de différentes façons et ­Gallagher appartient à ce groupe. Il est intense, il dérange les défenseurs, il parvient à déranger la concentration des gardiens et, pendant ce temps, ses compagnons de ligne bénéficient d’un peu plus d’espace.

Léthargie

En s’arrêtant sur les derniers résultats du Tricolore, on revient toujours à la même conclusion. Trop de joueurs impor­tants sont ­plongés dans une ­léthargie.

La situation n’est pas alarmante, loin de là. Le Canadien perd des matchs serrés. Il a laissé filer des points en troisième période, ce qui est tout à l’opposé de son rendement en ­octobre.

Doit-on blâmer les gardiens?

Je ne le crois pas.

Par contre, on dira que Carey Price aurait probablement fait la différence dans certaines rencontres.

Mais à la défense des gardiens auxiliaires, obtiennent-ils un solide appui en atta­que de la part de leurs coéquipiers?

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.