/entertainment/tv
Navigation

La limite est franchie

La comédie Les beaux malaises promet une saison riche en émotions

Toute l’équipe de la série Les beaux malaises était réunie, hier, lors du visionnement de presse.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Toute l’équipe de la série Les beaux malaises était réunie, hier, lors du visionnement de presse.

Coup d'oeil sur cet article

La comédie Les beaux malaises de Martin Matte frappera encore une fois très fort, le 13 janvier, sur les ondes de TVA. Les sujets abordés sont encore plus délicats, les moments qui nous font rire aux éclats sont nombreux et certaines scènes tireront certainement une larme à plusieurs personnes.

Trois épisodes ont été présentés en projection de presse, en présence des acteurs. Le réalisateur Francis Leclerc a dit d’entrée de jeu que, s’ils jouaient avec les limites lors des deux saisons précédentes, cette fois-ci, la ligne est clairement franchie.

«On traverse la ligne, et c’est le fun d’aller de l’autre côté, a-t-il mentionné. Je ne l’aurais pas fait avec n’importe qui [...] Martin me “challenge” beaucoup parce qu’il y a des affaires que je n’aurais jamais faites.»

Mais aller plus loin ne veut pas nécessairement dire des dialogues plus crus ou de plus gros malaises. «Les sujets et la façon de traiter les sujets, c’est aussi ça, aller plus loin, a expliqué Matte. Quand tu repars après avoir fini une saison, la dernière devient la base. D’instinct, tu vas plus loin. Tu veux te surprendre, tu veux te faire rire.»

De l’infidélité à l’éducation sexuelle

Cette troisième saison commence en force avec l’épisode Bonnes Vibrations, dont l’objet central est un vibrateur et qui aborde le sujet du plaisir en solitaire. Celui-ci a été inspiré par les nombreux courriels qu’a reçus l’humoriste à ce sujet. Un épisode aux nombreux fous rires.

«Plus ça va, plus Martin entre dans des sujets plus intimes, plus croustillants et plus irrévérencieux, a souligné Julie Le Breton. Pour se surprendre, il faut aller dans des zones inexplorées. Il y va à fond la caisse, jusqu’à la fin.»

Il a écrit sur l’infidélité, notamment dans l’épisode 2, où Patrick se met dans le pétrin, enfermé complètement nu dans un garde-robe, à la suite d’une aventure d’un soir. Un épisode qui montre le talent de Patrice Robitaille et dans lequel le public pourra voir Laurence Lebœuf et Louis-José Houde.

Du rire aux larmes

«Ça peut être très dramatique, nous faire pleurer, ou être très drôle en un bloc. Il y a quelque chose que j’ai découvert avec Martin: ce ne sont pas tous les acteurs qui sont capables d’offrir ça, et ce ne sont pas tous les scripts qui nous amènent à ces revirements», a souligné Francis Leclerc.

«Tous les épisodes sont fluides, c’est vrai qu’on s’est améliorés», a ajouté Martin Matte.

L’humoriste ne sait pas s’il y aura une quatrième saison.