/news/politics
Navigation

Pierre Karl Péladeau dresse son bilan de la dernière année

Pierre Karl Péladeau
Photo Archives / Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti Québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, était de passage à l’émission Puisqu’il faut se lever, sur les ondes de la station de radio montréalaise 98,5FM, mardi, pour dresser le bilan de sa première année à titre de chef de l’opposition officielle.

Le chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, a dressé, mardi matin, le bilan de sa première année à titre de chef de l’opposition officielle.

Pour l’occasion, il était de passage au micro de Paul Arcand, sur les ondes du 98,5FM.

Voici comment il a répondu aux colles que l’animateur lui a posées:

À propos de la commission Charbonneau et de la dissidence de Renaud Lachance

Pierre Karl Péladeau
Photo d'archives

«Je trouve ça quand même curieux que M. Lachance s’autorise de la rigueur et qu’il ait commis une erreur de fait.» Contrairement à ce que le commissaire Lachance soutient, PKP affirme que Marc Bibeau a été identifié à plusieurs reprises comme étant le grand argentier du Parti libéral du Québec (PLQ).

À propos de la rémunération des médecins

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

«Les grands bénéficiaires de cette explosion [surplus de rémunérations] sont les médecins spécialistes.»

«Ce sont toujours les mêmes qui pigent dans le pot

À propos d’une loi mettant fin à un lockout

«Ça fait trois ans qu’il y a un conflit chez les concessionnaires automobiles dans la région du Saguenay. Nous avons cru, comme parti politique, qu’il était nécessaire de poser les mesures pour amener les parties à négocier sérieusement et à conclure une entente.»

«On ne peut pas revenir en arrière [faisant référence à son passé d’hommes d’affaires] (...) Aujourd’hui, je suis le chef du PQ et de l’opposition officielle et il m’apparaît important que nous posions des gestes pour rapprocher les parties.»

À propos de son mandat sans droit de regard

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

«Je l’ai répété 250 fois. Ce n’est pas moi qui va vendre les actions que mon père m’a léguées, c’est trop important de garder nos centres décisionnels.»

«Je suis pour le développement de nos entreprises, je suis pour le maintien des sièges sociaux au Québec, parce que c’est une source d’enrichissement collectif.»

À propos des sondages

«Au niveau du terrain, ça fonctionne très bien et les résultats sont là pour en témoigner», citant les résultats obtenus par le PQ lors des dernières élections partielles.

«Eh bien, je ne pense pas que notre situation soit problématique. On n’est pas en avance, mais on n’est pas en retard non plus (...) et nous allons continuer à réitérer que le régime d’austérité dans lequel nous a plongés le gouvernement Couillard n’est pas bénéfique pour les Québécois.»

À propos de l’économie

«La transaction de Bombarbier, c’est une transaction de pee-wee. On a mis 1,3 milliard et on n’a rien obtenu du tout. Pas de gouvernance, pas de convention d’actionnaires.»

«Il faut stimuler la création d’entreprises.»

«Il n’y a pas de vision économique dans ce gouvernement.»

À propos de l’exploitation d’hydrocarbures et du projet à Anticosti

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

«J’ai trouvé la position du premier ministre assez curieuse dans la mesure où il a soutenu ce projet au moment de sa campagne à la chefferie du Parti libéral et il a soutenu que l’exploitation des hydrocarbures était une bonne chose pour le Québec (...) un gros show de boucane, d’ailleurs il en a fait plusieurs autres.»

«Il y a une transaction qui a été faite et on doit respecter cette transaction-là.»

«Je pense que c’est une source d’enrichissement collectif et nous pouvons (...) nous assurer que cette exploitation sera faite au bénéfice des Québécois dans tous les sens, autant au niveau environnemental qu’économique.»

À propos du pipeline Énergie Est

«Ce pipeline va servir à transporter encore davantage de pétrole et, ce faisant, nous ne nous engageons pas dans la direction de réduction des gaz à effet de serre.»

«Alors, au Parti québécois, notre position est claire : nous sommes contre le passage de l’oléoduc Énergie Est au Québec.»

À propos de la motion visant à rendre hommage à Robert Bourassa

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

«Je pense que le Parti libéral a voulu instrumentaliser l’affaire.»

«C’était surtout et avant tout [la motion] pour souligner la défaite du PQ. Comment voulez-vous qu’un parti dans l’opposition souligne sa défaite? Si la motion avait servi à mettre en valeur les réalisations de M. Bourassa, nous aurions voté favorablement.»

À propos de Stéphane Bédard

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

«J’ai changé mon équipe. Toute l’équipe a été changée (...) C’est normal lorsqu’un nouveau chef arrive que nous ayons une nouvelle équipe.»

Et bien sûr... à propos de la souveraineté

Quand fera-t-il la lumière sur la question de la souveraineté et sur sa vision de l’indépendance? «Lorsque nous allons nous présenter en 2018 pour les élections, nous allons répondre à toutes ces questions légitimes de la population.»

Y aura-t-il un référendum si le PQ prend le pouvoir? «Durant la campagne électorale, nous allons être clairs et précis.»

Pierre Karl Péladeau
Photo d'Archives

Pour écouter l’entrevue qu’a accordée PKP à Paul Arcand, rendez-vous ici.