/news/health
Navigation

Il gagne son combat contre la leucémie

La photo du jeune Québécois de six ans a fait le tour du monde en trois jours

Nathan Laprise
Photo Courtoisie Véronique Chatelle ne travaille pas pour s’occuper à temps plein de ses trois enfants, Dérek a 5 ans, Cédrik a 3 ans et demi, et Nathan a 6 ans.

Coup d'oeil sur cet article

«J’ai combattu la leucémie et j’ai gagné», lit-on sur la photo du jeune Nathan Laprise, 6 ans, un magnifique cadeau de Noël après avoir subi 110 traitements de chimiothérapie en deux ans.

«Juste avant le temps des Fêtes, on ne pouvait pas rêver mieux», lance sa mère, Véronique Chatelle, depuis sa maison de Palmarolle en Abitibi.

Jeudi, le jeune Nathan a eu droit à son ultime traitement de chimiothérapie. Le garçon a également subi en tout plus de 300 piqûres et 14 ponctions lombaires.

Père décédé

Nathan «le super héros» prend fièrement la pose pour une photo qui a été partagée sur Facebook dans le monde entier.
Photo courtoisie
Nathan «le super héros» prend fièrement la pose pour une photo qui a été partagée sur Facebook dans le monde entier.

Il semble guéri de ce grave cancer du sang, même s’il faut attendre une visite chez son médecin fin janvier à Rouyn-Noranda avant d’en être certain. Mais l’optimisme est de mise, et cela fait du bien pour cette petite famille qui n’a pas vécu deux années faciles.

En juin 2013, le conjoint de Mme Chatelle et père de leurs trois enfants décède dans un accident de voiture.

Dans les mois qui suivent, Nathan, alors âgé de 4 ans, perd l’appétit. Il semble faible et a du mal à marcher.

«On croyait qu’il faisait une dépression, se souvient Mme Chatelle. Mais c’est devenu trop extrême. Il avait de la difficulté à monter des marches. Là, on est allé consulter».

Noël difficile

Le 11 novembre 2013, après une prise de sang, le médecin de famille annonce une probable leucémie, confirmée plus tard à l’hôpital Sainte-Justine à Montréal. Il y a 20 % de risque de décès.

«C’est comme si la terre s’était arrêtée de tourner», se souvient la mère.

L’enfant passe alors quatre semaines à l’hôpital Sainte-Justine avec sa mère, avant de rentrer chez lui pour les Fêtes.

«Le premier Noël a été très dur. Cela ne faisait pas longtemps qu’il avait eu son diagnostic, et c’était le premier Noël sans son papa», se rappelle Mme Chatelle, qui elle aussi se sentait seule sans son mari.

Mais Nathan s’accroche pendant deux ans. Il a de gros coups de fatigue, dort beaucoup et doit régulièrement s’éloigner de ses amis et de l’école, pour ne pas attraper de microbes.

Mais ces efforts ont payé. Après la bonne nouvelle, «Nathan n’a pas vraiment eu de réaction. Il était grippé et au lit», sourit la mère.

Pour fêter ça, elle a cependant l’idée de prendre son fils en photo. À sa grande surprise, la photo est partagée des centaines de milliers de fois sur Facebook, à travers le monde entier.

«On a reçu beaucoup de messages d’amour. Je ne pensais pas que ça aurait un tel impact», se réjouit-elle.