/entertainment/comedy
Navigation

Les 9 fois où les humoristes québécois se sont mis un pied dans la bouche en 2015

Coup d'oeil sur cet article

Les controverses impliquant nos clowns se sont empilées à la vitesse de l’éclair en 2015.

Les controverses impliquant nos humoristes se sont empilées à la vitesse de l’éclair en 2015.

A-t-on l’épiderme trop sensible avec nos comiques? À vous de juger.

Voici 9 controverses de la dernière année impliquant des humoristes québécois:

Mike Ward, Jérémy et les tribunaux

Photo d'Archives

LA controverse dans le milieu de l’humour en 2015 est sans contredit celle impliquant Mike Ward et Jérémy Gabriel. Et malheureusement pour l’humoriste, elle se poursuivra en 2016.

Le litige a pris des proportions inégalées en se retrouvant devant la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ). Affirmant avoir été victime d'intimidation à l'école à la suite du spectacle dans lequel Mike Ward se moquait de son handicap, le petit Jérémy et sa famille trainent l’humoriste en justice. Histoire à suivre...

Mention spéciale à Philippe Bond qui a su tirer profit de la controverse dans sa publicité de Noël.

Je vous ai préparé des petits bloopers de mes 3 publicités de Noël...Joyeux temps des fêtes, bonne année 2016 et bon visionnement!

Posté par Philippe Bond sur samedi 19 décembre 2015

 

Le gros cave et le cornet de crème glacée

Photo d'Archives

Cet été, l’humoriste Jean-François Mercier s’est attiré la foudre de plusieurs avec ce commentaire publié sur sa page Facebook:

«S’habiller sexy et se déhancher de manière suggestive dans une discothèque pour ensuite se plaindre des regards insistants des hommes, c’est un peu comme manger de la crème glacée dans un village éthiopien et de dire: “Coudonc calice, pas moyen de manger un cornet icitte sans se faire regarder!”.»

Capture d'écran

Des internautes l'ont accusé de faire la promotion de la culture du viol. L’humoriste a même jugé bon de suspendre ses activités sur les médias sociaux.

Réussir à plonger l'inoffensif cornet de crème glacée dans la controverse; le «gros cave» ne cessera de nous impressionner.

François Massicotte et Michelle Blanc

Photo d'Archives

Pas facile d'être l'une des beautés du Banquier, n'est-ce pas François Massicotte?

Cette année, l’humoriste a effectivement goûté à la controverse à la suite de son passage au spécial animaux du populaire jeu. Un tweet envoyé à son collègue habitué des tempêtes médiatiques, Mike Ward, a vraiment mal passé.

L’humoriste s’est par la suite défendu d’être transphobe sur Facebook.

Wagner vs. Martineau

Photo d'Archives

En 2015, Guillaume Wagner et Richard Martineau se sont livrés une guerre sans merci.

Selon l’humoriste, lors de la première médiatique de son spectacle Trop humain, n’appréciant pas des blagues se moquant du chroniqueur et du Journal, le couple Martineau-Durocher a quitté la salle en plein spectacle, «faisant une petite scène au passage.» Il n'en fallait pas plus que soient lancées les hostilités.

Dans sa chronique intitulée Guillaume Wagner est un maudit menteur, Martineau a nié avoir fait une scène, assurant avoir été très discret.

Mais ce n’est pas tout. Wagner a ensuite soutenu que le couple frôlait la maladie mentale. «Ça se sert d'un journal pour raconter n'importe quoi, régler ses petits comptes personnels, se vautrer dans des enfantillages (...).»

Puis, la guerre s'est poursuivie. À sa première médiatique à Québec, l’humoriste a comparé le chroniqueur à Hitler. «Tsé, mettons qu’Hitler et Eva Braun sont là, tu veux qu’ils quittent, parce que sinon, c’est comme si tu n’avais pas fait ta job.»

Le lendemain, dans son émission de radio, Martineau a demandé à ses auditeurs s’il avait un accent allemand, avant d'ajouter que nous vivions dans «une culture de l'insulte. C'est une culture de bitchage total».

Fin des hostilités. (Pour l'instant du moins.)

P.S. Les auteurs de ces lignes souhaitent rassurer M. Wagner... cet article n’est pas écrit avec notre «marde».

Adib et le sac de patates

Photo d'Archives

Ce n’est jamais une bonne idée de mêler la politique et le sexe. Parlez-en à Adib Alkhalidey qui s’est retrouvé au cœur d’une controverse à cause d’une blague publiée sur sa page Facebook.

Dans son message, l’humoriste invitait les électeurs qui s'étaient présentés à un bureau de vote avec un sac de patates sur la tête à aussi s’en mettre un «sur la bite» ou sur celle de leur partenaire sexuel «afin de préserver l'humanité de [leur] potentielle progéniture».

À tous ceux qui s'mettent des sacs de patates sur la tête pour voter. Mettez-vous en aussi sur la bite ou sur celle de...

Posté par Adib Alkhalidey sur samedi 10 octobre 2015

Noyé sous les commentaires négatifs et parfois racistes, Adib Alkhalidey n'a eu d'autres choix que de préciser qu’il ne souhaitait pas réellement que «des gens se mettent un sac de patates sur le sexe» et qu’il ne les invitait pas «à s'abstenir de procréer.»

Morale de l’histoire: faites l’amour, pas la guerre. Et «comme l'ont si bien dit Gandhi, Bouddha, Jésus, Mère Thérésa, Martin Luther King et Gerry Boulet : “C'est ben plus l'fun de s'aimer calice!”.»

Jean-Sébastien et les mongols

Photo d'Archives

Qui aurait dit que Bach et bottine, un film tout ce qu’il y a de plus inoffensif, pouvait déclencher une Troisième Guerre municipale?

Se rappelant une scène du célèbre film pour enfant, le chroniqueur de l’émission radiophonique La soirée est (encore) jeune, Jean-Sébastien Girard, s’est en effet mis Québec (au grand complet) à dos à cause d’une blague dans laquelle il qualifiait la capitale nationale de ville de «mongols».

Rien pour améliorer la relation qu’entretiennent les quatre Spice Guys avec les animateurs de radio de Québec.

Sugar Sammy et Mike Ward au gala des Olivier

Photo d'Archives

Pour qu’un gala soit réussi, il doit y avoir au moins un malaise. C’est probablement pourquoi Mike Ward et Sugar Sammy ont été retenu pour présenter le prix de la mise en scène au gala des Olivier.

Une blague sur Marianna Mazza, que Sugar Sammy compare à un «hand job», a fait grincer des dents bon nombre de téléspectateurs. Son gag lui a d’ailleurs valu un doigt d'honneur de la part de la jeune humoriste.

Les trois humoristes ont fait l’objet de nombreuses critiques au lendemain du gala, plusieurs téléspectateurs jugeant la blague vulgaire et de mauvais goût. Marianna Mazza a même dû préciser qu’il s’agissait d’une blague et qu’elle n’était pas véritablement fâchée.

Guy A. et les trippeux de métal de Québec

Photo d'Archives

L’animateur de TLMEP a soulevé l’ire des résidents de la capitale en livrant ce qu’il jugeait être la raison des faibles ventes de billets du spectacle de RBO à Québec.

Invité à l’émission Entrée principale sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé, il a plaidé que seuls «les shows heavy métal» et «le hockey des Remparts à 20 piastres le billet» trouvent preneurs. Mince consolation pour Guy A., qui a bien tenté de se défendre, même Madonna a eu de la difficulté à vendre ses billets pour le spectacle qu’elle a donné au centre Vidéotron.

Pour sa prochaine tournée, RBO pourrait d’ailleurs s’associer aux gars de La Soirée est (encore) jeune et ainsi s’assurer de ne vendre aucun billet à Québec. On lance l’idée comme ça.