/news/currentevents
Navigation

Une manifestante dit avoir été blessée par un agent infiltré

Une manifestante dit avoir été blessée par un agent infiltré
Photo Facebook de Katie Nelson

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Une participante à la manifestation anti-austérité qui a eu lieu vendredi soir à Montréal dit avoir été blessée par un agent de police en civil.

Sur sa page Facebook, Katie Nelson raconte qu’un agent l’a attaquée, la blessant à un genou et à un bras. Elle dit aussi avoir fait une commotion cérébrale. Elle a passé la nuit dans un centre hospitalier de la métropole et a subi une batterie de tests.

La manifestante a raconté au journal «The Gazette» avoir réalisé que des policiers en civil s’étaient mêlés aux manifestants lorsqu’elle a reconnu un agent qui l’a déjà arrêtée. Ce dernier ferait partie des policiers visés par une poursuite qu’elle a intentée dans le passé contre le SPVM pour profilage politique.

«Je peux maintenant le confirmer avec les photos, au moins deux des policiers en civil sont impliqués dans ma poursuite. Un de ceux-là m’a attaqué hier (vendredi) soir», a-t-elle écrit en soirée samedi sur sa page personnelle.

Contacté samedi soir au sujet de cet événement, André Leclerc, un porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a indiqué qu’un bilan était présentement fait sur l’intervention policière lors de la manifestation et qu’il ne pouvait confirmer ou infirmer ces allégations.

La manifestante a aussi mentionné sur sa page Facebook avoir vu des policiers infiltrés braquer leurs armes de service sur des manifestants.

Un autre porte-parole du SPVM, Louis Héroux, a confirmé au journal «The Gazette» que des agents en civil ont bien pris part à la manifestation de vendredi. Ce dernier a par ailleurs indiqué qu’il ne s’agit pas d’une pratique courante et n’a pas voulu préciser le nombre de policiers en civil.

Selon le journal «The Link», produit par des étudiants de l’Université Concordia, au moins quatre agents prenaient part à la manifestation, le visage masqué. Le «Link» a aussi mis en ligne samedi des photos de ce qui semble être une arrestation menée par des agents en civil.

Au moins huit personnes ont été arrêtées par la police pendant la manifestation, qui a débuté vers 20 h au parc Émilie-Gamelin. Ces personnes ont notamment été interpellées pour des motifs d’entrave au travail des policiers, d’agression armée, d’intimidation, de profération de menaces de mort et de voies de fait.

Pendant la manifestation, des pierres et des éléments pyrotechniques ont été lancés sur les agents, qui ont répliqué. Quelques autopatrouilles ont subi des dommages mineurs.