/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyMathieu Turbide

Le compte à rebours

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas pour faire augmenter la pression, mais on est quand même à quatre jours de Noël. Et comme dans notre famille la tradition veut qu’on réveillonne le 24 au soir, il ne nous reste guère plus de trois jour et demi avant de «fermer les livres», comme on dit, de boucler la boucle.

Pour l’amateur de vin, ça veut dire qu’il reste encore un peu de temps pour acheter à la SAQ la perle rare que tous ses invités envieront, d’autant plus que les quantités du vin dont je vais vous parler sont minimes dans le réseau.

Vers le Nord 2013, Maury Sec, Parcelle La Devèze, Mas Amiel, 14%, (n/d) g/L, France Prix 36,00 $ Code 12773422

Mas Amiel est une maison surtout connue et célèbre pour ses vins doux naturels. Normal puisqu’elle est située à Maury, dans le Roussillon, la région où on produit le plus de vins doux mutés de toute la France.

Maury est l’une de ses appellations les plus célèbres avec Rivesaltes et Banyuls, sans parler des fameux Muscats de Linel, de Mireval et de Frontignan.

Mais depuis 2011, l’appellation Maury permet aussi l’élaboration d’un vin de table sec et celui-ci en est  une illustration aussi décoiffante qu’impressionnante.

On précise sur la bouteille que ce vin est fait de «grenache noir et de syrah sur schiste gréseux, calcaire bleuté et argile ferrugineux».

Ce qui donne une certaine idée que le vin ne fera pas dans la lourdeur, bien qu’il titre quand même 14 degrés.

Mais alors qu’on s’attend malgré tout à un vin solaire, riche et vineux, on se retrouve devant quelque chose qui affiche presque tout le contraire.

C’est une véritable petite bombe de fruits, avec des fragrances de framboises, de cassis et de groseilles,  avec en arrière fond un côté floral très marqué.

Pour vous dire la finesse, sinon la délicatesse de ce vin, j’imagine facilement qu’à l’aveugle on puisse le prendre un instant pour un bourgogne.

C’est frais, donc, équilibré, digeste, absolument délicieux.

Et dire qu’il m’aura fallu attendre jusqu’aux derniers jours de 2015 pour faire une de mes plus belles découvertes de l’année !

Hélas, je le répète, les quantités sont très limitées. Mais croyez-moi, la bouteille vaut le détour.

***1/2 (17,5/20).

 

Pour terminer, cet autre vin que j’ai particulièrement apprécié, récemment; mais encore une fois, il se fait rare dans le réseau, surtout à Montréal.

Ailleurs, en région, il en reste quelques caisses :

Quintessence 2005, Beaujolais, Château de Vaurenard, Ghislain de Longevialle, 12,5%, 1,5 g/L, France Prix 25,95 $ Code 12100017

On a affaire ici à un vin qui se démarque complètement du reste de la production, non seulement dans son appellation, mais aussi par rapport aux crus du Beaujolais.

Vinifié en grappes entières avec une longue macération de 5 semaines, le vin a par la suite été élevé pendant six ans dans des foudres de chêne âgés de 60 ans.

Ce n’est pas banal. Après dix ans, ce vin est sans doute à son sommet, mais il a encore de la fraicheur.

Au nez, discrètes notes d’épices comme de camphre (et un peu de fraise à l’aération), épices qui teintent aussi les saveurs du vin. Un vin particulier, original, stylé, qui donne une facette absolument inusitée, mais drôlement intéressante du gamay.

Ne le ratez pas si vous tombez dessus en succursale.

***1/2 (17/20)