/investigations/techno
Navigation

L’opposition à Coderre veut une enquête sur un appel d’offres

Les produits de la firme américaine Cisco semblent avoir été favorisés

Cisco
Photo TWITTER Denis Coderre pose devant le logo de l’entreprise Cisco, qu’il a visitée en octobre 2014.

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition à l’hôtel de ville de Montréal demande à l’inspecteur général d’enquêter sur un appel d’offres qui semble dirigé vers l’entreprise Cisco.

Projet Montréal réagissait au reportage de notre Bureau d’enquête qui révélait samedi que la Ville de Montréal avait récemment lancé un appel d’offres qui avantagerait clairement les produits infor­matiques du géant Cisco.

Sans surprise, les trois seuls soumissionnaires ont présenté des produits Cisco pour ce contrat d’une valeur de 8 M$ à 12 M$.

«Nous sommes préoccupés par ces allégations d’un appel d’offres dirigé et nous allons demander à l’inspecteur général que la Ville fasse enquête pour faire la lumière sur cette situation», a indiqué le conseiller municipal Alex Norris, porte-parole de Projet Montréal en matière de gouvernance et de transparence.

Celui-ci a d’ailleurs rappelé que ce n’est pas la première fois qu’on décèle des appels d’offres qui favorisaient un ou quelques fournisseurs depuis le début de l’ère Coderre.

En 2014, le Bureau de l’inspecteur général (BIG) avait annulé un appel d’offres dirigé à Verdun qui avantageait deux marchands de souffleuses à neige.

La même année, l’inspecteur général Denis Gallant avait indiqué dans un rapport que l’appel d’offres pour le contrat de consultation publique pour le réaménagement de la rue Sainte-Catherine était «hautement problématique».

Alex Norris, élu municipal
Photo Le Journal de Montréal, Martine Turenne
Alex Norris, élu municipal

Trop proche des lobbyistes ?

D’ailleurs, le fait que le maire Denis Coderre ait accepté de se faire prendre en photo avec le logo de l’entreprise d’informatique lors d’une mission en Californie fait sourciller Projet Montréal.

Notons que l’un des plus récents lobbyistes de Cisco était Paul Zed, qui a été un des collègues de M. Coderre lorsqu’il était député au parlement fédéral.

«Nous sommes aussi inquiets de la proximité du maire avec certains lobbyistes. Il n’y a pas que M. Zed, il y en a plusieurs autres qui ont travaillé sur sa campagne. [...] On voit un style très personnalisé du maire lorsqu’il exerce le pouvoir et il y a des risques qu’il crée une trop grande proximité avec les lobbyistes», a déclaré M. Norris au Journal.

La porte-parole du BIG n’a jamais rappelé Le Journal.

Le Bureau du vérificateur général de Montréal Jacques Bergeron pourrait également enquêter sur un tel dossier.

Un porte-parole a rappelé que l’organisme s’était déjà penché sur des cas semblables, tels les liens entre la Ville et Telus, dans un rapport publié en 2010, mais il n’a pas voulu indiquer s’il se pencherait sur ces nouvelles révélations.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.