/investigations
Navigation

Favoritisme à l’école des ingénieurs?

L’ÉTS est soupçonnée d’avoir favorisé le géant américain Cisco pour l’octroi de contrats

Le gouvernement du Québec a dû mettre son nez dans la gestion de l’École de technologie supérieure afin de s’assurer que des contrats ne soient pas accordés illégalement.
Photo pierre paul poulin Le gouvernement du Québec a dû mettre son nez dans la gestion de l’École de technologie supérieure afin de s’assurer que des contrats ne soient pas accordés illégalement.

Coup d'oeil sur cet article

Soupçonnée d’irrégularités, l’école formant nos ingénieurs de demain est dans l’embarras au point où le gouvernement du Québec a dû bloquer l’attribution de contrats, a appris notre Bureau d’enquête.

Le mois dernier, le gouvernement a demandé à l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS) d’annuler coup sur coup deux appels d’offres qui pouvaient «contrevenir aux principes de concurrence de la loi».

L’information nous a été confirmée par le cabinet du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux: «Il a été ainsi demandé à l’organisme d’annuler son appel d’offres et d’en faire un nouveau favorisant davantage la concurrence».

C’est le Sous-secrétariat aux marchés publics du Conseil du trésor qui a mené les vérifications.

Encore Cisco

Les deux appels d’offres en question visaient l’acquisition d’équipements de télécommunication, ainsi que le service de maintenance pour le même type d’équipements.

Le premier totalisait plusieurs centaines de milliers de dollars. L’ÉTS a été plutôt claire pour restreindre la concurrence en ajoutant même le nom du fournisseur, soit Cisco, dans le titre de l’appel d’offres. Dans la description, l’ÉTS demande carrément des «produits Cisco», un géant américain dans le domaine.

Une semaine plus tard, Québec a demandé l’annulation de l’appel d’offres.

Cette histoire n’est pas sans rappeler l’appel d’offres controversé de la Ville de Montréal, révélé par notre Bureau d’enquête la semaine dernière. Plusieurs concurrents à Cisco ont dénoncé que l’appel d’offres favorisait aussi injustement ce fabricant.

Deuxième prise

Peu après le premier appel d’offres, l’ÉTS en a publié un autre qui, encore une fois, comportait plusieurs conditions favorisant le fournisseur Cisco. Le gouvernement a téléphoné de nouveau et l’appel d’offres a aussitôt été annulé.

Finalement, un troisième appel d’offres a été publié fin novembre et l’ÉTS se dit maintenant convaincue que ce nouveau processus assurera la concurrence.

Dans l’industrie, certains demeurent sceptiques et jugent que Cisco est encore avantagée. Le Centre des services partagés du Québec, par exemple, a publié un appel d’offres pour des besoins similaires, le 14 décembre, en ouvrant davantage à la concurrence.

Des réponses peu rassurantes

Notre Bureau d’enquête a envoyé une série de questions précises à l’ÉTS sur cette affaire. Certaines réponses sont nébuleuses ou inexistantes.

Pourquoi les appels d’offres ont été annulés ?

L’ÉTS a répondu qu’elle «était en droit de le faire en vertu de la législation».

Or, elle omet de dire que c’est le gouvernement qui lui a demandé l’annulation. L’ÉTS n’admet en aucun temps que les appels d’offres pouvaient favoriser un seul fournisseur.

Est-ce que l’ÉTS évalue avoir respecté les règles de l’art dans la préparation de ces deux appels d’offres annulés ?

Aucune réponse

Qui a préparé les deux appels d’offres et est-ce qu’ils sont toujours à l’emploi ? Est-ce que des mesures ont été prises en raison de l’échec des deux appels d’offres ?

Aucune réponse