/world/opinion/columnists
Navigation

De la perspective, s’il vous plaît

USA-TORNADOES
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas simple, je l’avoue. Après une tempête meurtrière, un incendie dévasta­teur ou la fusillade déclenchée par un déséquilibré, il faut savoir prendre un peu de recul. Juste un peu. Il y a ce qui nous menace vraiment et ce qui peut nous arriver à tout moment. Restons dans l’esprit des Fêtes et vivons d’espoir: le risque d’être victime d’un acte terroriste est infinitésimal.

Le jour de Noël, mon tour de l’actualité, je le fais en un clin d’œil. Un cadeau que je me fais. Je survole les titres, je m’assure qu’Obama n’a pas été assassiné, puis je passe à autre chose. Complètement. J’en oublie que la planète continue de tourner. Ce week-end toutefois, mon clin d’œil s’est étiré, trébuchant d’une sombre manchette à une autre.

Une tornade responsable de dommages et de victimes à Birmingham, en Alabama; une mère et ses trois enfants, dont une fillette de six mois, tués dans l’incendie de leur maison-mobile à Big Bear Lake, en Californie; un père qui se suicide après avoir abattu sa femme et sa fille dans un appartement de luxe dans le New Jersey. Et cette série de tempêtes qui n’en

finit pas dans le sud des États-Unis avec grêle, vent et pluies torrentielles. Bilan: au moins 15 morts.

« Ç’AURAIT PU ÊTRE MOI »

Dans un sens, j’exagère à peine l’hécatombe. Ce qui m’a ramené à la mémoire deux sondages réalisés à la mi-décembre par Gallup. Dans le premier, le terrorisme était devenu l’inquiétude nº 1 des Américains, devançant l’état de l’économie ou les armes. Dans le second, 47 % des personnes interrogées affirmaient craindre d’être victimes (elles ou un proche) d’un acte terroriste, contre 38 % qui avaient plutôt peur de se retrouver au cœur d’une fusillade de masse.

Les chiffres – la grande firme de sondages le reconnaissait – avait fait un bond subit après l’attentat de San Bernardino. Les assaillants avaient atteint leur but: inspirer de la terreur à toute une nation (et probablement plus encore) avec un seul acte barbare commis dans une ville américaine quelconque. Un peu tout le monde (enfin, pas mal de monde) s’est pris à imaginer le pire: un djihadiste fauchant des vies sans avertissement, aveuglément.

FAUT PAS DEVENIR FOU

En réalité, à peu près n’importe quoi d’autre peut nous arriver avant de nous retrouver face à un terroriste. Un chercheur néo-zélandais, Richard Jackson, a établi que le risque de se tuer en glissant dans son bain ou en étant écrasé par une machine distributrice qu’on secoue parce que le sac de chips qu’on voulait acheter ne tombe pas est plusieurs fois supérieur à celui de mourir dans un attentat terroriste. Et vous en connaissez beaucoup, des gens tués par des machines distributrices?

Les psychologues ont conclu avec le temps que nous sommes particulièrement mauvais à évaluer la gravité du danger. Certains voyageurs sont inquiets en prenant l’avion, alors qu’ils s’assoient paisiblement dans leur voiture, insensibles au fait qu’il se tue immensément plus d’automobilistes que de passagers aériens. Les tornades sont perçues comme des menaces dévastatrices, alors que le diabète est vu comme une maladie qu’il faudrait savoir mieux contrôler. Pourtant, quelques centaines d’Américains sont victimes de tornades – et encore, lors des mauvaises années – alors que le diabète fauche des dizaines de milliers de personnes annuellement.

Entendons-nous, les terroristes, on les maudit. Mais se laisser terroriser? Faut pas!

 

UN TOUT PETIT RISQUE, PARMI D’AUTRES

  • 35 000 fois plus de risque de mourir d’une maladie cardiaque que d’une attaque terroriste.
  • 3150 fois d’une grippe ou d’une pneumonie
  • 6000 fois d’obésité
  • 33 840 fois du cancer
  • 2000 fois d’un empoisonnement alimentaire
  • 5800 fois d’une erreur médicale

 

Pire encore...

  • 350 fois plus de risque de mourir en tombant d’une échelle en installant des décorations de Noël.
  • 22 fois, de la toxoplasmose, un parasite mangeur de cerveau...

 

Et dites-vous que la menace terroriste pour les Canadiens est encore plus faible. Bref, allez en paix!