/news/currentevents
Navigation

Chauffeur de taxi disparu à Montréal : des recherches dans le canal de Lachine

Chauffeur de taxi disparu à Montréal : des recherches dans le canal de Lachine
Photo CAPTURE D'ÉCRAN/TVA NOUVELLE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Une opération de recherche s’est déroulée lundi soir aux alentours du bassin Peel à Montréal pour tenter de retrouver le chauffeur de taxi de 52 ans porté disparu depuis le 21 décembre dernier.

Deux bateaux de pompiers ont sillonné le canal de Lachine depuis les écluses du Vieux-Port tandis qu’une dizaine de policiers menaient des recherches sur les berges, lampes torches à la main. Ils ont commencé leurs recherches de nuit au niveau de l’enseigne Farine Five Roses, sous l’autoroute Bonaventure.

Le véhicule de Belkacem Si Silakhal avait été retrouvé dans l’après-midi stationné rue de la Commune, sur le bord du canal de Lachine, à l’intersection de la rue Nazareth, dans le Vieux-Montréal.

C’est un citoyen qui a reconnu la Dodge Caravan 2012 noire et qui a appelé le 911.

Personne ne se trouvait dans la camionnette, il n’y avait aucune trace de violence ni d’effraction dans le véhicule, selon la police.

Les enquêteurs essaient de savoir depuis combien de temps le véhicule était stationné là.

Avant la neige
Il avait été remorqué en fin d’après-midi, mais on pouvait constater sur place qu’il s’était garé à cet endroit avant la première neige dans la nuit de samedi à dimanche.

Joint au téléphone, Aghilas Si Silakhal, le fils du chauffeur disparu, a expliqué que l’endroit où la voiture a été découverte lui était familier, parce qu’il s’y rendait avec son père.

«On va souvent se promener dans le Vieux-Port et c’est toujours à cet endroit précis que l’on se stationne, parce que c’est gratuit», a-t-il raconté.

Il est persuadé que son père ne s’est pas jeté dans le canal. «Ce n’est pas un gars qui peut faire ça! Il était fatigué par son travail, oui, mais on n’a pas de problèmes d’argent, pas de problèmes de famille, on s’aime», a confié le jeune homme, qui vit des moments «très durs».

Aucune piste écartée
«Même si la famille pense qu’il n’était pas suicidaire, on n’écarte aucune piste», a noté de son côté le policier Daniel Lacoursière, estimant que le chauffeur n’avait a priori rien à faire à l’endroit où a été découverte sa voiture. «Il n’y a rien ici, aucune résidence», a insisté le porte-parole du SPVM.

M. Lacoursière s’attendait à ce que les pompiers et les policiers travaillent d’arrache-pied une bonne partie de la nuit.

«L’idée, c’est d’exclure au plus vite les mauvaises pistes, a-t-il expliqué. Dans quelques heures, on va avoir une bordée de neige et ce sera beaucoup plus difficile de mener les recherches.»

À cause de l’obscurité, l’intervention des plongeurs était exclue. Elle pourrait avoir lieu au lever du jour, mardi, si les enquêteurs décidaient de faire appel à eux.

Aide de la population
Lundi matin, le SPVM avait demandé l'aide de la population pour tenter de localiser M. Si Silakhal, qui n’a plus donné signe de vie depuis le 21 décembre.

Vers 17 h 30 ce jour-là, Florida Si Lakhal avait téléphoné à son mari comme à son habitude. Il travaillait et se trouvait, selon ses dires, au centre-ville de Montréal. Une semaine plus tard, Mme Si Lakhal ignore ce qui est arrivé à son mari après ce coup de téléphone.

Belkacem Si Silakhal est d’origine algérienne. Il n’est pas connu comme étant dépressif et n’a pas de problèmes de santé. Il a le teint foncé, les yeux bruns et les cheveux bruns grisonnants. Il mesure 1,73 m (5 pi 7 po) et pèse 84,5 kg (187 lb). Au moment de sa disparition, il portait un polar gris, un pantalon foncé et des souliers de course noirs.

Il conduisait une Dodge Caravan 2012 noire, adaptée pour les personnes à mobilité réduite et équipée sur le toit d'un dôme McGill 18482.

Toute personne possédant une information au sujet de cette disparition peut appeler le 911.