/news/currentevents
Navigation

Écrasement à Mascouche: un père meurt, son fils s’en sort

Écrasement à Mascouche: un père meurt, son fils s’en sort
ST�PHANE GR�GOIRE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dominique Scali et Baptiste Zapirain, Le Journal de Montréal

Un père et son fils ont été impliqués dans l’écrasement d’un petit avion près de l’aéroport de Mascouche lundi. L’homme qui pilotait l’appareil a perdu la vie tandis que le jeune garçon a été blessé.

Houman Yahyaei était âgé de 40 ans. Son garçon, Sean, âgé de 9 ans, a été gravement blessé et hospitalisé à l’hôpital Pierre-Le Gardeur, mais on ne craint plus pour sa vie, a confirmé en fin de soirée lundi Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

Les causes officielles de l’accident demeurent inconnues. Un ami pilote de Houman Yahyaei a cependant indiqué qu'une manoeuvre non sécuritaire de ce dernier pourrait être en cause.

Écrasement à Mascouche: un père meurt, son fils s’en sort
ST�PHANE GR�GOIRE/AGENCE QMI

Selon nos informations, les deux occupants revenaient d’un voyage en Floride à bord de l’appareil, un Mooney M20K fabriqué en 1979. Ils auraient fait une escale à Atlantic City.

«Il était en provenance des États-Unis. Il s’est arrêté à Lachute et atterrissait à Mascouche», a indiqué Roxanne Daoust, porte-parole du Bureau de la sécurité des transports (BST).

Deux enquêteurs du BST se sont d’ailleurs rendus sur les lieux de l’écrasement lundi, afin de photographier l’appareil, identifier les pièces et examiner le terrain.

Écrasement à Mascouche: un père meurt, son fils s’en sort
Photo Facebook

Peu d’expérience

Le pilote aurait eu environ trois ans d’expérience de vol et son avion pourrait être considéré comme difficile à piloter seul, a confié un de ses amis qui a préféré taire son nom. Selon son analyse, la météo ne serait pas un facteur dans cet accident.

L’appareil s’est écrasé à 17 h 27 sur le territoire de la Ville de Terrebonne, au bord de l’autoroute 640, près de la jonction avec l’autoroute 25.

Une autre source, qui décrit le défunt pilote comme une personne «relativement nerveuse», précise qu’il n’était pas encore qualifié aux règles de vol aux instruments.

L’appareil s’est écrasé près de l’aéroport de Mascouche, au sud de l’A-640, à quelques centaines de mètres de la jonction avec l’A-25.
L’appareil s’est écrasé près de l’aéroport de Mascouche, au sud de l’A-640, à quelques centaines de mètres de la jonction avec l’A-25.

Cette qualification permet aux pilotes de voler sans référence visuelle avec le sol ou l’eau. Et l’heure de l’écrasement laisse penser qu’il faisait déjà noir au moment de l’accident.

Gilles Lambert, gestionnaire de l’aéroport de Mascouche, a préféré ne pas faire de commentaires.

Des écrasements d’avion ont déjà eu lieu près de l’aéroport de Mascouche par le passé, dont un en 2012 et un autre en 2013, mais les occupants s’en étaient sortis avec des blessures mineures.

«Haute performance»

La compagnie Mooney, basée à Kerrville, au Texas, a changé de mains à plusieurs reprises depuis sa création en 1929.

L’entreprise décrit ses modèles M20 comme étant des avions monomoteurs à «haute performance».

– Avec la collaboration de Frédérique Giguè­re et de l’Agence QMI