/entertainment/music
Navigation

Un bracelet conçu à Montréal

Un fan porte un des bracelets conçus par PixMob.
Photo courtoisie Un fan porte un des bracelets conçus par PixMob.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de deux millions de personnes partout dans le monde ont porté un bracelet créé à Montréal. Ce bracelet, l’entreprise PixMob l’a conçu spécialement pour la tournée mondiale de la chanteuse Taylor Swift.

«Cette tournée a changé nos vies», a confié au Journal Jean-Olivier Dalphond, un associé de l’entreprise montréalaise, qui accorde sa toute première entrevue depuis la fin de la tournée, le 12 décembre. Son contrat avec Taylor Swift l’obligeait à garder le silence sur les secrets de la tournée.

PixMob, qui a pourtant participé aux cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi et au spectacle de mi-temps du Super Bowl, n’avait jamais rien fait de l’envergure de la tournée 1989 de la vedette pop.

«Les Olympiques et le Super Bowl c’était un soir, la tournée c’était 84 spectacles dans 10 pays différents», explique M. Dalphond.

Au même rythme que la musique

PixMob a breveté une technologie qui permet le contrôle à distance d’objets lumineux. C’est cette technologie qu’elle utilise lors d’événements, petits ou grands, partout dans le monde, que ce soit avec des bracelets, des ballons ou des colliers.

C’est ainsi que la PME québécoise a été approchée par l’équipe de Taylor Swift, qui voulait un bracelet sur mesure afin de l’offrir à chacun des spectateurs. À Sydney en Australie, par exemple, près de 76 000 personnes le portaient dans le stade ANZ.

Un fan porte un des bracelets conçus par PixMob.
Photo courtoisie

Le bracelet de silicone transparent s’allume de différentes couleurs en parfaite synchronisation avec la musique. Pendant les spectacles, PixMob utilise des rayons infrarouges pour contrôler à distance les bracelets et faire en sorte qu’ils s’allument tous au même moment.

«Quand j’ai vu tous les bracelets s’allumer pour la première fois, lors du spectacle à Cologne en Allemagne, j’ai eu les larmes aux yeux», raconte Jean-Olivier Dalphond.

Succès de foule

Même si le résultat était époustouflant, le succès qu’ont obtenu les bracelets auprès des fans de Taylor Swift, qui ont multiplié les photos sur les réseaux sociaux, l’a surpris.

Un fan porte un des bracelets conçus par PixMob.
Photo AFP

«Ils ont vraiment embarqué, c’était une façon pour eux de s’approprier une partie du spectacle. Quand tu es dans la dernière rangée du centre Bell, tu ne la vois pas très bien Taylor Swift, mais quand le bracelet s’allume, tu vis la même chose que les autres», dit-il.

D’où l’importance pour PixMob, qui avait trois employés en tout temps sur la tournée, d’être impeccable chaque soir de spectacle.

«Le défi était de réussir à 100 % tous les soirs et à la fin, le gérant de Taylor Swift nous a félicités pour un sans fautes», déclare avec fierté Jean-Olivier Dalphond.

Vies sauvées

Le petit bracelet de silicone a même sauvé la vie de trois adolescentes de Baton Rouge en Louisiane.

«Ça nous a vraiment fait chaud au cœur lorsque nous l’avons appris», raconte M. Dalphond.

Les jeunes filles revenaient du concert en voiture lorsqu’elles ont fait une sortie de route. En raison de la noirceur, personne ne voyait leur véhicule et elles étaient incapables d’en sortir. Heureusement, l’une d’entre elles s’est mise à secouer le bracelet qui s’est illuminé. Elles ont ainsi été repérées et transportées à l’hôpital.

Se réinventer

Avec la plus grosse tournée mondiale de 2015 derrière elle, l’entreprise PixMob «doit maintenant se réinventer», souligne Jean-Olivier Dalphond.

Il ne cache pas que son téléphone ne cesse de sonner depuis la visibilité obtenue grâce à Taylor Swift.

1989 en chiffres

  • 2 567 412 bracelets
  • 84 spectacles
  • 54 villes
  • 10 pays
  • 3112 transmetteurs installés
  • source : instagram