/misc
Navigation

La « bulle » des taux d’imposition marginaux

Bloc impôt finances calcul
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques semaines, j’ai débattu du salaire minimum sur les ondes du 98.5FM. Le débat consistait à savoir si son augmentation  permettrait de combattre la pauvreté. À un moment durant le débat, j’ai souligné qu’au Québec, il existe « une bulle » de taux marginaux d’imposition sur le revenu lorsqu’on essaie de se sortir de la pauvreté. En gros, il y a un « triangle des bermudes » fiscal dans lequel chaque dollar additionnel gagné par un individu est taxé davantage que le dollar précédent!

Selon l’économiste Kevin Milligan, ce sont surtout les familles avec enfants qui souffrent de ce problème. Tant qu’elles sont entre 10,000$ et 45,000$, chaque dollar additionnel qu’une famille avec deux enfants gagne est taxé davantage que le dollar de revenu précédent. Au sommet, ce taux approche 50% (!) avant de chuter dramatiquement pour les revenus supérieurs et ensuite se stabiliser (note : ne confondez pas le « taux moyen » avec le « taux marginal »).

En quelque sorte, ceci signifie qu’il y a une « taxe » associée à se sortir de la pauvreté (ou de grimper plus haut dans la distribution des revenus). À toutes fins pratiques, il s’agit d’une manière de « coincer » les gens au bas de l’échelle des revenus là où ils sont! Et certains s'étonnent de la faible mobilité économique des quintiles de revenus inférieurs? Vraiment?

Milligan est un économiste davantage associé au centre-gauche. Mais il n’est pas seul à souligner l’absurdité de la situation. L’économiste conservateur, Jack Mintz, souligne aussi ce problème. De gauche à droite, ou souligne cette aberration. Et pourtant, lorsque j’en ai parlé lors du débat, on m’a regardé comme si ce n’était pas un problème que les contribuables (avec enfants) dont le revenu ne dépasse pas 43,000$ font face à des taux marginaux croissants (ce qui décourage l’effort, l’investissement dans la formation, l’acquisition de capital physique, le démarrage d’entreprise).

Vous voulez combattre la pauvreté? Il est clair qu’aplanir les taux marginaux d’imposition pour les plus pauvres serait un foutu bon premier pas!