/news/currentevents
Navigation

Une fête tourne au drame à Jonquière

Un militaire accusé de trafic de GHB et de négligence criminelle

La police de Saguenay est à la recherche de drogue à l’intérieur de la résidence de Jonquière où des jeunes ont été retrouvé intoxiqués la nuit dernière.
PHOTO AGENCE QMI La police de Saguenay est à la recherche de drogue à l’intérieur de la résidence de Jonquière où des jeunes ont été retrouvé intoxiqués la nuit dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Laura-Jessica Boudreault et Dany Bouchard, Collaboration spéciale

Une fête a bien mal tourné pour un groupe de jeunes, dans la nuit de mardi à mercredi, à Jonquière. Intoxiqués par une drogue forte, quatre d’entre eux ont été transportés à l’hôpital. Un militaire des Forces armées Canadiennes doit maintenant faire face à six chefs d’accusation relativement à cette affaire.

L’incident est survenu dans une résidence de la rue Saint-Hubert, à Jonquière, tout près du cégep.

Selon la police de Saguenay, un petit groupe de jeunes a consommé une drogue forte, possiblement du GHB, de leur plein gré.

La police de Saguenay est à la recherche de drogue à l’intérieur de la résidence de Jonquière où des jeunes ont été retrouvé intoxiqués la nuit dernière.
PHOTO AGENCE QMI

Intoxiqués, quatre d’entre eux ont été transportés à l’hôpital de Jonquière. En soirée, ils étaient tous hors de tout danger. Un enquêteur devait d’ailleurs les interroger pour comprendre les circonstances de l’événement.

Un périmètre de sécurité était visible, mercredi, autour de la maison. «On recherche de la drogue», a laissé savoir le lieutenant Dominic Larouche du Service de sécurité publique de Saguenay.

Les policiers ont procédé à l’arrestation du résident de l’endroit, un homme de 27 ans, tôt le matin des événements.

Olivier Côté-Vachon doit maintenant faire face à deux chefs d’accusations de trafic de stupéfiants et quatre chefs de négligence criminelle causant des lésions.

«Il n’a aucun antécédent en semblable matière, c’est un individu qui a très peu d’histoire criminelle, sauf une histoire de capacités affaiblies. Ce sont des accusations très sérieuses et j’ai l’intention de présenter des garanties très, très, très sérieuses», explique son avocat, Charles Cantin, qui ajoute que «ce n’est pas du trafic de stupéfiants classique».

Le militaire a plaidé non coupable, mercredi, au palais de justice de Chicoutimi. Il doit toutefois demeurer derrière les barreaux jusqu’à son enquête sur remise en liberté, qui devrait avoir lieu ce matin. Elle pourrait être remise au 4 janvier si la Couronne n’a pas toute la preuve en sa possession.

La police de Saguenay est à la recherche de drogue à l’intérieur de la résidence de Jonquière où des jeunes ont été retrouvé intoxiqués la nuit dernière.
PHOTO AGENCE QMI

CHOC POST-TRAUMATIQUE

Les missions auquel Olivier Côté-Vachon a participé en Afghanistan et dernièrement en Lituanie pourraient expliquer sa consommation de drogue.

«C’est un individu qui a été déployé à plusieurs reprises, qui a une excellente fiche occupationnelle. Il est un super candidat militaire», souligne son avocat.

Plusieurs questions restent toujours en suspend : «Est-ce que nous sommes dans le domaine du post-traumatique? Allons-nous devoir faire des expertises à ce niveau? Je ne sais pas actuellement, mais tout sera analysé», affirme Me Cantin.

DROGUE DE MAUVAISE QUALITÉ ?

L’histoire n’est pas sans rappeler celles des deux drames survenus sur la rue Morin, à Chicoutimi, au début du mois, alors que deux amis ont été retrouvés morts, dans la même chambre d’un logement, à 43 heures d’intervalle.

La police de Saguenay a avancé l’hypothèse que la consommation d’une drogue chimique, possiblement du PCP, pourrait être à l’origine du décès d’Éric Migneault, 34 ans, et d’Allen Tremblay, 33 ans.

Déjà, à ce moment, la police de Saguenay servait une sévère mise en garde aux consommateurs de stupéfiants.

«Il faut être prudent. Il y a de la drogue de mauvaise qualité en circulation, qui pourrait même mener à la mort», disait Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay.