/news/society
Navigation

L'artiste Marcel Barbeau est décédé

Il est l'un des signataires du Refus global publié en 1948.

Marcel Barbeau
COURTOISIE Marcel Barbeau

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le peintre et sculpteur Marcel Barbeau est mort samedi, à l’âge de 90 ans, à Montréal. Signataire du «Refus global» de 1948, il laisse derrière lui une œuvre énergique et lumineuse qui a marqué le domaine des arts du Québec.

Né à Montréal le 18 février 1925, M. Barbeau qui a eu pour maître le peintre Paul-Émile Borduas est un membre fondateur du mouvement des Automatistes en 1945. Alors que ses pairs étaient plutôt attirés par Paris, Marcel Barbeau a été un des premiers des automatistes à se rendre à New York pour rencontrer des artistes américains. Il a exposé à New York dès 1952.

Carrière internationale

Marcel Barbeau a vécu et fait carrière en dehors du Québec de 1958 à 1974, s’installant notamment à Paris, Vancouver, New York et dans le sud de la Californie. Au cours de sa vie, il est retourné vivre en France à plusieurs reprises. Associé à l’expressionnisme abstrait américain, il a exposé à travers le monde. Encore en 2013, il avait une exposition solo à la galerie Chauvy, à Paris.

Énergie et Lumière

«Sa peinture est énergisante, vivante, elle nous apporte de la lumière», a dit en entrevue Sonia Denault, propriétaire de la galerie d’art Michel-Ange dont Marcel Barbeau est un des artistes.

En octobre et novembre 2015, la galerie présentait une rétrospective de l’artiste, de 1945 à 2015. «Il avait le feu sacré. Le mois dernier encore, il peignait», a indiqué Mme Denault.

Selon la galeriste, Marcel Barbeau a été le premier peintre québécois à faire de l’«all-over», un style abstrait des années 1940 associé au peintre américain Jackson Pollock.

«Lorsque Marcel Barbeau a montré ses œuvres dans ce style à Borduas, ce dernier lui a dit que ce n’était pas bon. Marcel Barbeau les a ensuite détruites», a expliqué Mme Denault. Pourtant, plus tard, d’autres automatistes, notamment Jean Paul Riopelle, ont adopté ce style abstrait, très gestuel, utilisant toute la surface de la toile.

Sonia Denault estime que Marcel Barbeau compte parmi les peintres majeurs du Québec, mais que ce fut long avant qu’il soit reconnu ainsi. Il a finalement reçu le prix du Gouverneur général du Canada ainsi que le prix Paul-Émile-Borduas en 2013, et a été nommé officier de l’Ordre national du Québec, en 2015.

«C’était un grand homme, un grand artiste, il va me manquer», a conclu Mme Denault.

Artiste multidisciplinaire, Marcel Barbeau a aussi créé des estampes, dessins, collages et photographies. Très intéressé par la performance, il s'est associé souvent à des danseurs, musiciens et acteurs. On peut d’ailleurs entendre de la musique qu’il a composée lui-même dans le film de sa fille, la cinéaste Manon Barbeau, intitulé «Barbeau, libre comme l’art».

Sur le même sujet