/travel
Navigation

Les charmes de Santiago

Une vue de Santiago du Chili avec, au second plan, la cordillère des Andes.
Photo courtoisie Une vue de Santiago du Chili avec, au second plan, la cordillère des Andes.

Coup d'oeil sur cet article

SANTIAGO DU CHILI | Par temps clair, les cimes enneigées de la cordillère des Andes tissent le fond du décor. Le rio Mapocho aux eaux vives jaillies des sommets coupe à travers la ville, se frayant un passage entre parcs et grands immeubles.

Le cerro San Cristobal, grosse colline ­transformée en parc naturel, fait fonction de lieu d’exercice pour les gens de la capitale et d’observatoire pour les visiteurs.

Une gigantesque statue de la Vierge ­domine la colline qui constitue avant tout un lieu de pèlerinage pour les Chiliens. Un ­téléphérique permet d’atteindre le sommet, tout comme un funiculaire et, quand celui-ci n’est pas en service, on peut emprunter un service de bus.

Ambiance du quartier Bellavista.
Photo courtoisie
Ambiance du quartier Bellavista.

De là-haut apparaît toute la ville de Santiago qui, tentaculaire, s’étend au loin dans la plaine. Les tours de bureaux et les immeubles rivalisent de hauteur aux abords du centre-ville historique.

Gran Torre, ouvert il y a un an, revendique, avec ses 300 mètres et ses 62 étages, le titre de plus haut gratte-ciel d’Amérique du Sud. Il est possible d’accéder à la terrasse d’observation du 61e étage.

Au centre-ville, musées et autres lieux de culture alternent avec les parcs, témoins des aménagements effectués en vue du ­Bicentenaire de l’indépendance du Chili que l’on a souligné en 2010.

Bellavista, le quartier bohème

Dans le quartier Bellavista, qui se situe au pied du cerro San Cristobal, le monument qui attire d’emblée l’attention des visiteurs est La Chascona (L’Ébouriffée), la maison de Pablo Neruda, le grand poète chilien.

Convertie en musée, la maison conserve le style que lui a donné l’artiste, soit une salle à manger décorée comme une cabine de bateau et le salon décoré comme un phare. Des œuvres d’artistes amis du poète y sont également exposées. (Pablo Neruda possédait une autre résidence, également convertie en ­musée, sur les hauteurs de Valparaiso.)

Lors du souper-spectacle intitulé «de Pablo a Violeta».
Photo courtoisie
Lors du souper-spectacle intitulé «de Pablo a Violeta».

Ce même quartier de Vellavista attire les noctambules jusqu’aux dernières heures de la nuit. Ce quadrilatère dont les commerces avaient connu une certaine désaffection se distingue par ses façades aux couleurs vives et aux graffitis d’artistes de rue. Bistrots, ­terrasses, boîtes de nuit, restos sont pris d’assaut jour après jour par une clientèle plus portée par les rythmes d’aujourd’hui que par la cumbia traditionnelle.

Tous les pas-de-porte ne donnent cependant pas dans le style bohème du quartier. Ainsi, au restaurante O40 où officie le jeune chef Sergio Barroso, ancien élève du fameux restaurant espagnol El Bulli, on va de surprise en surprise et de tapas en tapas. L’établissement abrite également un hôtel-boutique et un bar à cocktails sur le toit.

Dans un tout autre genre, dans le quartier Recoleta, le restaurant-cabaret de Pablo a Violeta, aménagé dans une ancienne maison bourgeoise, entraîne ses hôtes dans un ­parcours gastronomico-culturel. On est ­accueilli par les membres de la troupe ­d’artistes qui vous offrent du pisco sour et d’autres spécialités chiliennes. Puis, on ­passe d’un salon à l’autre, où un conteur ­déclame notamment des textes de Pablo (Neruda) et des chanteurs et des musiciens interprètent des morceaux de la grande ­interprète de folklore chilien Violeta (Parra).

Durant le souper, les différents tableaux de musique, de chants et de danses retracent les différentes influences que renferme la culture chilienne. Le menu comprend ­évidemment des spécialités chiliennes, ­provenant tant de la terre que de la mer.

REPÈRES

  • Santiago du Chili se situe à 10 heures de vol de Toronto par Air Canada.
  • Sur les 18 millions d’habitants que compte le Chili, environ 5 millions habitent à Santiago.
  • Les stations de ski de la ­Cordillère des Andes se trouvent à une trentaine de kilomètres de la capitale. La saison débute en mai.
  • Une table surprenante : le ­restaurant 040 ; www.040.cl
  • Un souper spectacle : https://depabloavioleta.com
  • Une bonne adresse : l’hôtel Cumbres Lastarria, bien situé au centre-ville dans un quartier très vivant. Info : www.cumbreslastarria.com
  • Le voyagiste Canandes, le spécialiste de l’Amérique latine, offre plusieurs formules pour découvrir le Chili, en groupe ou en voyage individuel. La brochure Memorias est disponible dans toutes les agences de voyages du Québec.
  • Info : Chili et île de Pâques, ­édition Lonely Planet ; www.chile.travel; www.gochile.cl.