/sports/hockey/canadien
Navigation

Carr est bien en selle

Il serait surprenant de le voir retourner à St. John’s cette saison

NHL: Winter Classic-Practice
Photo USA Today Sports «Je ne veux pas regarder trop loin. Je préfère y aller une journée à la fois», a lancé Carr en entrevue avec Le Journal.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’absence de Dale Weise permettra à Devante Smith-Pelly et Sven Andrighetto de disputer quelques rencontres, elle n’aura aucune incidence sur le reste de la saison de Daniel Carr.

L’Albertain de 24 ans semble bien en selle à la droite de Lars Eller et d’Alex Galchenyuk, ses compagnons de trio des six derniers matchs.

Meilleur buteur du Canadien au mois de décembre avec quatre buts, Carr a maintenant disputé les 13 derniers matchs de l’équipe.

Dans la soupe de Therrien

Une séquence qui ne semble pas sur le point de se terminer. Pourtant, le Tricolore ne lui a toujours pas suggéré de se trouver un logement dans la métropole.

«Je ne veux pas regarder trop loin. Je préfère y aller une journée à la fois», a lancé Carr en entrevue avec Le Journal.

Rappelé deux semaines après Sven Andrighetto, au début du mois de décembre, Carr a profité de cette occasion pour le devancer dans l’échiquier des espoirs du Tricolore.

Si les habiletés du Suisse ne font aucun doute, le style de Carr se marie davantage à celui qu’a toujours préconisé Michel Therrien.

Pas besoin d’écouter longuement l’entraîneur du Canadien vanter les mérites de l’Albertain pour le comprendre.

Therrien ne rate jamais une occasion de l’encenser, comme ce fut le cas au terme du revers de 3 à 1 à Washington la semaine dernière.

«Il ne faut pas avoir peur de marquer des buts laids. On doit se mettre le nez dans la cuisine et payer le prix. Si un joueur le fait bien, c’est Carr. Il ne se complique pas la vie», avait-il déclaré.

Au bon endroit

D’ailleurs, le physique et la fougue de Carr ne sont pas sans rappeler ceux de Brendan Gallagher.

Pas surprenant qu’il ait obtenu du succès pendant que les gros canons de l’équipe traversaient une période difficile. «Jouer sur de bons trios aide beaucoup, a lancé le jeune homme, modestement. Ma tâche est simple. Elle consiste à aller au filet. Habituellement, dans ce secteur-là, beaucoup de bonnes choses arrivent.»

D’ailleurs, c’est de cette façon qu’il a inscrit ses quatre buts dans l’uniforme du Tricolore.

«J’ai toujours joué de cette manière. De nos jours, c’est là que tu récoltes des buts. Si tu veux marquer, tu n’as pas le choix de te présenter dans la circulation.»

Une leçon que certains vétérans de l’équipe devraient retenir.