/news/politics
Navigation

Trudeau devra tenir ses promesses

La légalisation de la marijuana et les changements climatiques attendent le premier ministre pour 2016

En 2016, Justin Trudeau devra prendre position dans plusieurs dossiers qui ne font pas l’unanimité au sein de la population.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse En 2016, Justin Trudeau devra prendre position dans plusieurs dossiers qui ne font pas l’unanimité au sein de la population.

Coup d'oeil sur cet article

Finie la lune de miel. Le premier ministre Justin Trudeau devra tenir ses promesses dans plusieurs dossiers chauds en 2016, comme la légalisation de la marijuana et les changements climatiques, préviennent des politicologues.

«Stephen Harper, les gens l’aimaient ou le détestaient. Mais à peu près tous reconnaissaient qu’il respectait ses engagements. M. Trudeau est toujours en lune de miel. Mais dans les prochains mois, il devra prouver que lui aussi peut livrer ce qu’il a promis», affirme Éric Montigny, de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval.

«On dit souvent que les 100 premiers jours d’un gouvernement donnent le ton pour la suite des choses. Les décisions à venir en 2016 seront donc très révélatrices et porteront sur des dossiers importants», soutient ce dernier.

«Le niveau de satisfaction à l’endroit de M. Trudeau baissera inévitablement, croit le politicologue Emmanuel Choquette. Gouverner, c’est faire des choix et donc déplaire. Il fera des mécontents en 2016, c’est certain.»

Quels sont les dossiers chauds qui attendent le gouvernement Trudeau dans la prochaine année? Le Journal a demandé à deux politicologues de cerner les sujets qui feront parler en 2016.

Les dossiers chauds du gouvernement Trudeau en 2016

Les prévisions d’Emmanuel Choquette, chargé de cours à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke

En 2016, Justin Trudeau devra prendre position dans plusieurs dossiers qui ne font pas l’unanimité au sein de la population.
Photo d'archives

La légalisation de la marijuana

«L’inquiétude de la population risque de grandir au fur et à mesure qu’avancera ce projet, notamment celle de nombreux parents à l’égard de leurs enfants. Mettre en pratique cette promesse ne sera pas simple, d’autant plus que M. Trudeau sera observé par l’ensemble de la communauté internationale sur ce dossier. Il y aura beaucoup de pression sur lui.»

Le défi environnemental

«Avec la Conférence de Paris, M. Trudeau a engendré beaucoup d’espoir pour un véritable changement en matière d’environnement. Malgré cette bonne volonté, on peut craindre que le passé soit garant de l’avenir et donc demeurer méfiant. Tous ses prédécesseurs, tant libéraux que conservateurs, ont promis beaucoup de choses par le passé sans [pour] autant pouvoir agir concrètement au final.»

L’accueil de 25 000 réfugiés syriens

«L’accueil de 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin du mois de février est un défi en soi. Mais sans dire que cela va être facile, c’est tout de même réalisable. Le vrai défi va plutôt être celui de l’ouverture. M. Trudeau devra rassurer les Canadiens qui ne sont pas aussi habitués que les Européens aux mouvements de masse.»

La question autochtone

«Mettre en action la soixantaine de recommandations du rapport de la Commission vérité et réconciliation ne sera pas aisé, d’autant plus que les espoirs sont très grands actuellement dans le milieu autochtone. Il ne faut pas oublier non plus que la suite des choses aura un impact sur l’image du Canada à l’étranger. La Commission d’enquête sur les femmes autochtones assassinées ou disparues sera aussi observée de près, étant donné les attentes élevées.»


Les prévisions d’André Lamoureux, professeur au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal

En 2016, Justin Trudeau devra prendre position dans plusieurs dossiers qui ne font pas l’unanimité au sein de la population.
Photo d'archives

Le financement de la santé

«L’entente de 10 ans sur les transferts fédéraux en santé, qui prévoyait une hausse de 6 % par année, est échue depuis 2014. Les conservateurs l’ont prolongée jusqu’en 2017. À partir de cette date, il y aura une réduction de l’indexation des transferts aux provinces. Qu’est-ce que le gouvernement Trudeau compte faire à ce sujet? Ces transferts sont très importants pour les provinces, notamment pour le Québec dans un contexte d’austérité.»

Rétablis­sement du courrier à domicile

«Il y a une ambiguïté sur ce dossier que M. Trudeau devra éclaircir rapidement. On ne sait toujours pas s’il va rétablir le courrier à domicile pour tous les Canadiens, comme il s’y était engagé. Le gouvernement dit chercher actuellement la meilleure solution, mais il n’y a aucune garantie que les boîtes postales disparaîtront.»

Des questions économiques urgentes

«Plusieurs questions sont toujours sans réponse. Par exemple, on ne sait pas ce que M. Trudeau fera du Partenariat transpacifique. Est-ce qu’il le signera sans compensations pour le secteur de la production laitière? Aussi, que fera-t-on concrètement pour améliorer l’assurance-emploi, un engagement pris par les libéraux en campagne électorale? À peine 40 % des chômeurs se qualifient pour ce programme actuellement.»

L’aide médicale à mourir

«En février 2014, la Cour suprême avait donné un an au gouvernement fédéral pour se pencher sur cette question. Le gouvernement Trudeau a obtenu un délai supplémentaire de six mois et on a laissé le champ libre à Québec pour aller de l’avant. Mais les libéraux devront aussi agir. Ce n’est pas une question facile et ils devront manœuvrer avec prudence.»