/finance/stockx
Navigation

Début d’année difficile pour les marchés boursiers

Débâcle en Asie et en Amérique du Nord

Coup d'oeil sur cet article

AFP et AGENCE QMI | L’angoisse d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise et les tensions géopolitiques au Moyen-Orient ont refroidi les marchés boursiers, qui ont entamé 2016 du mauvais pied.

Après un long week-end d’interruption sur la majorité des places financières, les marchés ont donné le ton de la nouvelle année en s’enfonçant immédiatement, sous le coup d’indicateurs chinois soulignant une nouvelle fois la fragilité de la deuxième économie mondiale, mais également de la crise entre l’Iran et l’Arabie saoudite.

Les plus touchées ont été logiquement les places chinoises. Elles ont en outre fait les frais d’un nouveau mécanisme mis en place après le krach de l’été qui a entraîné leur fermeture automatique et prématurée après un effondrement de 7 %.

Le TSX chute de près de 1 %

Au Canada, l’indice TSX a chuté de près de 1 %. Mais les pertes auraient pu être plus prononcées si la tendance du début de séance s’était maintenue.

Le dollar canadien était également sous pression. Il a clôturé à 0,7167 $, en baisse de -0,53 ¢ (-0,73 %).

Wall Street a fini sa première séance de 2016 sur une chute, résistant mieux toutefois que les principales places européennes à l’angoisse d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise et aux tensions géopolitiques au Moyen-Orient: le Dow Jones a perdu 1,57 % et le Nasdaq 2,08 %.

À l’ouverture tôt ce matin, la Bourse de Shanghai était en baisse de 3,02 %. Dans les premiers échanges, l’indice composite shanghaïen cédait 99,61 points, à 3196,65 points.

À la Bourse de Shenzhen, l’indice composite reculait de 5,03 %, ou 106,55 points, à 2012,61 points. À Hong Kong, l’indice Hang Seng chutait de 0,23 % ou 48,22 points, à 21 375,34 points, après avoir plongé de 2,68 % la veille.