/news/transports
Navigation

Jour de l’An très coûteux pour des clients d’Uber

Certains ont payé une centaine de dollars pour leur trajet

Catherine Papillon a pris Uber pour la première fois le 31 décembre. Elle a payé 97,12 $ pour se faire conduire du Vieux-Port de Montréal jusqu’à Rosemont–La Petite-Patrie.
Photo agence qmi, mathieu wagner Catherine Papillon a pris Uber pour la première fois le 31 décembre. Elle a payé 97,12 $ pour se faire conduire du Vieux-Port de Montréal jusqu’à Rosemont–La Petite-Patrie.

Coup d'oeil sur cet article

Des utilisateurs d’Uber qui souhaitaient revenir à la maison en toute sécurité le soir du jour de l’An ont été surpris de payer jusqu’à quatre fois plus cher que pour un trajet en taxi.

«Nous avons payé 124 $ pour environ 15 minutes de course. On ne s’attendait pas à ça», a lancé Tristan Tisseur, qui est monté à bord d’un véhicule Uber avec trois amis le 31 décembre, dans le Vieux-Port, pour se rendre à Côte-des-Neiges.

Le jeune homme de 18 ans et ses amis ne sont pas les seuls à avoir reçu une facture salée de l’entreprise. Plusieurs autres utilisateurs d’Uber se sont plaints ce week-end des tarifs «excessifs» durant le temps des fêtes.

Ils ont découvert à leurs dépens qu’Uber, lors de périodes d’achalandage élevé, majore le tarif de son service jusqu’à sept, huit et même neuf fois le prix habituel.

Facture salée

«Il était 4 h du matin, aucun taxi n’était libre, nous étions fatigués et nous avions bu. Alors, on s’est tournés vers Uber pour revenir en sécurité. Nous n’étions pas au courant de cette tarification», reprend Tristan Tisseur.

S’il avait pris un taxi cette soirée-là, la course lui aurait coûté environ 30 dollars. Soit quatre fois moins cher que le tarif d’Uber.

Tristan Tisseur, Utilisateur Uber
Photo courtoisie
Tristan Tisseur, Utilisateur Uber

Les quatre amis ne sont pas les seuls à avoir payé cher leur course. Une mère de famille de Montréal a payé 97,12 $ pour un trajet de moins de 10 km.

«C’était ma première fois avec Uber et aussi la dernière», s’est indignée Catherine Papillon, 38 ans, qui a elle aussi payé quatre fois plus cher que pour un taxi.

«Tout était plein dans les taxis et j’ai dit oui au service illégal [...] Je ne savais pas que le tarif allait avec l’offre et la demande. Je pensais que ça me coûterait environ 36 $. Je me suis fait avoir», a-t-elle ajouté.

Uber réagit... un peu

Cette hausse des tarifs a fait bondir les responsables de l’industrie du taxi, hier.

«C’est du vol de citoyens. Je trouve ça répugnant, d’autant plus que c’est illégal», a lancé à TVA Nouvelles le porte-parole de la Coalition Taxi, Guy Chevrette, parlant de «prix de fou».

Il affirme qu’il s’agit «d’exploitation pure et simple» et presse les autorités d’agir rapidement dans ce dossier.

Quant à Uber, l’entreprise a souligné hier après-midi que les clients étaient au courant que le prix des courses était plus élevé pendant le temps des fêtes, avant même de demander une voiture.

«Les usagers sont informés à plusieurs reprises sur le prix directement dans l'application et priés de confirmer et d'accepter l'augmentation des tarifs», a écrit un porte-parole d’Uber, Jean-Christophe de Le Rue.

– Avec la collaboration d’Anne-Marie Provost