/sports/hockey
Navigation

Un jeune prodige dans un monde d’hommes

Un jeune prodige dans un monde d’hommes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

HELSINKI | Véritable prodige sur lames, on oublie qu’Auston Matthews est à peine âgé de 18 ans.

Sa carrure de 6 pi 2 po approchant les 210 lb et ses grands talents font en sorte que l’attaquant américain excelle en se mesurant à des hommes dans la meilleure ligue de Suisse.

Membre à part entière des Lions de Zurich, la sensation au prochain repêchage de la LNH s’est pointée au cœur de l’Europe en début de campagne, fort d’une saison record de 116 points en 60 matchs dans le programme national américain, éclipsant la marque de 102 points établie par nul autre que Patrick Kane en 2004-2005.

Matthews a établi ses pénates dans le vestiaire des Lions afin d’apprendre les vraies choses et les rudiments de la vie professionnelle. Il n’avait plus rien à prouver dans les rangs juniors, même s’il en très respectueux.

«Après le programme national, c’était la meilleure occasion pour mon développement, a-t-il expliqué en entrevue exclusive avec Le ­Journal de Montréal. Je voulais affronter des hommes et des joueurs talentueux chaque soir. J’apprends énormément de cette expérience.

« Après le programme national, c’était la meilleure occasion pour mon développement. » – Auston Matthews

«C’est très différent de ce que j’ai vécu dans les rangs collégiaux. Je suis dans la vraie vie, a ajouté celui qui s’est adapté à la vie européenne. Mes coéquipiers m’ont rendu la vie facile dès mon arrivée. Ils m’ont ­immédiatement pris sous leur aile.»

À son second Championnat du monde, l’ailier américain n’est pas dépaysé. Il s’est démarqué parmi l’élite du tournoi en livrant une solide opposition aux Finlandais Jesse Puljujarvi et Patrik Laine, deux autres excellents espoirs au repêchage.

Parmi l’élite

En Ligue nationale A, à Zurich, il a marqué 14 buts et accumulé 25 points en 22 matchs avant de rejoindre l’équipe nationale américaine en décembre. Pas mal pour un jeune de l’Arizona qui a quitté le nid familial avant même d’avoir atteint l’âge de la majorité dans son ­nouveau pays d’adoption.

Chez les Lions, il n’apprend pas de n’importe qui. Il est entouré de Fabrice Herzog, un ancien des Remparts de Québec, et de Robert Nilsson, un choix de premier tour des Islanders de New York en 2003 qui a roulé sa bosse dans la Ligue américaine, la LNH et la KHL.

Il a fait sa place au sein de la meilleure formation de Suisse au classement général. Celle-ci regorge de talents et d’anciens professionnels nord-américains. Il suit aussi les conseils de Marc Crawford, un ­entraîneur-chef qui n’a pas besoin de présentation.

«Je suis tellement bien entouré. On me montre où me positionner selon les situations, à jouer sans la rondelle, les systèmes de jeu, les couvertures dans chacune des zones et tous les petits trucs que font les pros. Il ne manque rien», a raconté ­Matthews à propos de cette aventure unique qu’il savoure en compagnie de sa mère.

Bonne idée ?

Mais est-ce une bonne idée de ­brûler les étapes avant le repêchage?

«Pour lui, c’est une bonne chose, a confirmé l’entraîneur de l’équipe américaine à Helsinki, Ron Wilson. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Il a trouvé la ligue où il est capable de performer et d’être un joueur dominant, ce qui est extrêmement rare pour un jeune joueur. Il est chanceux, car il profite des conseils d’un excellent entraîneur en Crawford, qui peut le corriger à tout moment.»

Wilson ne parle pas à travers son chapeau. Durant ses années derrière le banc des Sharks de San Jose et des Maple Leafs de Toronto, il a vu défiler de nombreux espoirs prometteurs.

Selon lui, l’expérience vécue par Matthews ne peut être que bénéfique pour la suite de sa carrière. Celle-ci pourrait s’amorcer dès la prochaine saison dans le circuit Bettman. «Il est prêt. Selon moi, s’il avait pu jouer dès cette année, il en aurait été capable, a-t-il dit d’un ton assuré. Chose certaine, l’équipe qui le choisira sera très chanceuse.»

À ses débuts derrière un banc junior, Wilson s’estime chanceux d’avoir ce jeune prodige sous la main. Ses performances étincelantes lui ont entre ­autres permis de mener la formation de la bannière étoilée à la ronde des médailles.

Matthews est classé au premier rang des espoirs en prévision du prochain repêchage de la LNH.

Il a marqué 7 buts et amassé 11 points au Championnat du monde.

Dans le calepin...

Si un billet coûtait 28 euros en ronde préliminaire, des partisans canadiens ont déboursé 39 euros (58 $) pour assister aux deux matchs de demi-finale, hier, au Hartwall Arena. L’un d’eux a déjà acheté ses billets en vue de l’édition 2017 à Montréal et ­Toronto. Il a payé plus de 100 $ l’unité pour la demi-finale.

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a fait le voyage jusqu’en Finlande pour le tournoi mondial. Il a accompagné le président de Hockey Canada, Tom Renney, hier, au duel opposant les États-Unis à la Russie.

Les murs du resto-bar à saveur bostonienne O’Learys du centre-ville d’Helsinki sont tapissés de pièces de collection des Bruins. C’est un cauchemar pour les fiers partisans du Canadien. Outre des pièces dédicacées par les Raymond Bourque, Patrice Bergeron, Tuukka Rask, Zdeno Chara et cie, on peut aussi y trouver des articles des Red Sox et des Celtics à l’effigie des Tom Brady, Rob Gronkowski, Larry Bird et autres. Il y a même une section réservée à l’ancien président américain, John F. Kennedy.

Le défenseur russe Ivan Provorov est un joueur superstitieux. Comme il n’avait pas été demandé par les médias après la première victoire de son équipe au tournoi, il ne les rencontre plus. Hier soir, il n’a pas dérogé à son habitude et il veut conserver la fiche parfaite de son équipe.

C’est indéniable, le père Noël vient de la Finlande. Il ne faut pas obstiner un Finlandais à ce sujet! Et le renne n’est pas seulement couru en forêt, il est aussi prisé dans les assiettes comme mets typique. Son commerce pour sa fourrure et ses bois est répandu. Il est même offert en conserve, à condition d’allonger plusieurs dizaines d’euros...

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.