/news/politics
Navigation

La vie de Jean-Paul L'Allier en 20 points marquants

Coup d'oeil sur cet article

Suite au décès de l'ancien maire de Québec Jean-Paul L'Allier, nous vous proposons un retour en arrière sur la vie de cet homme qui a marqué la Ville de Québec.

1938

Né le 12 août, à Hudson, fils de Paul L’Allier, boulanger, et de Georgette Duquette. Il suit un cours d’officier du Corps d’entraînement des officiers canadiens (CEOC), fait des études en politique et en droit à l’Université de Montréal et à l’Université d’Ottawa.

1963

Admis au Barreau du Québec. Il obtient l’année suivante un diplôme d’études supérieures en droit de l’Université d’Ottawa. Il pratique le droit à Hull et Ottawa. Il enseigne aussi aux facultés de droit et de commerce de l’Université d’Ottawa (1962-1965).

1966

Directeur du service de la coopération avec l’extérieur du ministère des Affaires culturelles jusqu’en 1968. Il coordonne pour le gouvernement québécois des visites des chefs d’État lors d’Expo 67.

1970

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Élu et réélu dans Deux-Montagnes, il entame une carrière politique pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Il est ministre des Communications (1970 à 1975), dans le premier cabinet de Robert Bourassa, ministre de la Fonction publique (1970-1972), responsable de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (1970-1976) et ministre des Affaires culturelles (1975-1976).

1976

Défait aux élections provinciales, il est nommé chargé de projet à l’École nationale d’administration publique. Avocat et conseiller en affaires publiques dans le cabinet Langlois, Trudeau, Tourigny, jusqu’en 1981.

1978

Élu président du conseil d’administration du Théâtre du Nouveau Monde. Il a aussi été président du Grand Théâtre de Québec et président de la Fondation du Théâtre du Nouveau Monde de Montréal.

1981

Délégué général du Québec à Bruxelles jusqu’en 1984. Il deviendra consul honoraire de Belgique à Québec de 1985 à 1988. Il est aussi conseiller en affaires publiques de 1984 à 1989.

1984

Collaborateur au journal Le Devoir jusqu’en 1987. Il publie cette année-là ses chroniques dans le livre Les années qui viennent, chez Boréal.

1989

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Fait le saut en politique municipale, où il amorce un premier mandat comme maire à Québec. Il succède à Jean Pelletier avec le Rassemblement populaire (RP).

1992

Photo d'archives, Le Journal de Québec

La Ville de Québec soumet sa candidature pour les Jeux olympiques d’hiver de 2002. C’est l’échec pour la capitale, en 1995, alors que Salt Lake City remporte la mise.

1993

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Réélu comme maire de Québec, il inaugure le Jardin Saint-Roch, véritable moteur de revitalisation du secteur de la basse-ville. Les deux premiers conseils de quartier voient le jour en 1993 et 1996, dans Saint-Jean-Baptiste et Limoilou.

1995

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Les Nordiques quittent la capitale. Vingt ans plus tard, L’Allier affirme que «tous les efforts» avaient été faits pour tenter de garder l’équipe.

1996

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Il s’attaque au réaménagement des berges de la rivière Saint-Charles. Le projet de 150 M$ comporte notamment un réseau de sentiers pédestres sur plus de 30 kilomètres.

2001

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Élu comme maire dans la nouvelle ville de Québec fusionnée. Il l’emporte sur Andrée Boucher, qui quitte la vie politique à la suite de cette défaite.

2003

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Il propose le projet Place de France, marqué par un grand escalier qui relierait la haute et la basse ville. Le projet estimé à 50 M$ et financé à moitié par la France est abandonné en 2004.

2004

Décoré du grade de commandeur de l’Ordre de la Pléiade en 2003, il est nommé en 2004 officier de l’Ordre national du Québec. En 2005, il reçoit de la Belgique le titre de commandeur de l’Ordre de Léopold et est élevé commandeur de l’Ordre national de la Légion d’honneur à Paris.

2005

Photo d'archives, Le Journal de Québec

Après 16 ans à la mairie de Québec, il annonce qu’il ne se représente pas aux élections municipales de 2005. Son dernier conseil municipal se tient le 19 décembre 2005.

2006

Avocat et conseiller stratégique au cabinet Langlois, Kronström, Desjardins jusqu’en 2014. Il est aussi professeur invité à l’Université Laval, de 2006 à 2009. Il reçoit un doctorat honoris causa de l’Institut national de la recherche scientifique, l’Ordre du mérite de la Section de droit civil par l’Université d’Ottawa et le prix René-Chaloult.

2008

Nommé Grand Québécois dans le secteur social par la Chambre de commerce de Québec. Il reçoit aussi la médaille de la Ville de Québec. En 2013, il devient président de l’Ordre national du Québec.

2015

Il est hospitalisé en décembre. Il obtient son congé pour le temps des Fêtes, mais retourne à l’hôpital entre Noël et le jour de l’An. Il décède dans la nuit du 4 au 5 janvier 2016, à l’Hôtel-Dieu de Québec, des suites d’une courte maladie. Il avait 77 ans.