/news/politics
Navigation

Le père du nouveau quartier Saint-Roch

Sous l’ère L’Allier, le secteur s’est redynamisé

jardin saint roch.03
Photo d'archives, Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La communauté d’affaires de Québec a salué le travail de l’ancien maire de Québec Jean-Paul L’Allier, notamment sur la revitalisation du quartier Saint-Roch.

«C’est le père de la grande ville de Québec que l’on connaît aujourd’hui et le père du Nouvo Saint-Roch», a souligné mardi le président de la Chambre de commerce de Québec, Alain Aubut. Selon ce dernier, sans jamais être «interventionniste», Jean-Paul L’Allier aura joué le rôle d’un «facilitateur» en créant un climat favorable au développement des affaires dans la capitale.

Sous son règne, le quartier Saint-Roch aura connu une véritable renaissance avec l’arrivée des sièges sociaux de l’École d’architecture de l’Université Laval, de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), de Télé-Université (TELUQ) et de l’Institut national de recherche scientifique (INRS).

Industrie du jeu vidéo

La création également dans Saint-Roch d’une zone réservée au développement des entreprises issues des technologies de l’information aura permis l’arrivée de centaines de travailleurs liés à cette industrie dans le quartier.

Aujourd’hui, les plus grands joueurs de la planète de l’industrie du jeu vidéo ont des studios de production dans Saint-Roch, dont Ubisoft, Beenox (Electronic Arts), Frima et autres.

Sur le web, certains entrepreneurs issus du monde des technos de Saint-Roch lui ont rendu hommage.

C’est notamment le cas du président d’iXmédia, Carl-Frédéric de Celles, qui s’est souvenu d’une virée chez Jean-Paul L’Allier quelque part en 1997 pour aller réparer son ordinateur Mac. «Un moment privilégié», a-t-il écrit sur son compte Facebook.

Ancien président de la Commission de la capitale nationale et proche collaborateur, Pierre Boucher se rappelle de la «grande joie» des gens de la basse-ville lorsqu’ils ont constaté que les lampadaires installés dans le jardin de Saint-Roch étaient les mêmes que ceux de la terrasse Dufferin.

«Les gens disaient qu’on les traitait comme ceux de la haute-ville. Il y avait une réappropriation du quartier par les citoyens, et c’est ce qui faisait le plus plaisir à L’Allier.»

500 M$ d’investissements

Entre 1990 et aujourd’hui, plus de 500 millions de dollars de fonds publics et privés ont d’ailleurs été investis pour revitaliser le quartier Saint-Roch, principalement dans le secteur immobilier.

— Avec la collaboration de Daphnée Dion-Viens