/entertainment/music
Navigation

Un nouvel album l’automne prochain

Quelques mois après avoir été découvert à La Voix, Matt Holubowski a signé avec Audiogram.
Photo Courtoisie Mark Quenneville Quelques mois après avoir été découvert à La Voix, Matt Holubowski a signé avec Audiogram.

Coup d'oeil sur cet article

Un an après son passage remarqué à La Voix, Matt Holubowski poursuit maintenant sa carrière avec l’étiquette Audiogram, avec qui il devrait lancer un nouvel album l’automne prochain. Le Journal s’est entretenu avec le chanteur qui se trouve présentement en voyage au Costa Rica.

Comment se déroule ton voyage en Amérique centrale?

«Très bien. J’étais au Guatemala depuis le 1er décembre et je suis arrivé au Costa Rica le 22. Après trois semaines ici, je vais aller deux semaines au Nicaragua, pour un total de deux mois. C’est ma première fois en Amérique centrale. C’est le dernier continent qu’il me restait à visiter. Ce sont vraiment des pays exceptionnels. J’ai fait beaucoup de randonnées et du kayak dans des grands lacs entourés de volcan.»

Tu as lancé, le mois dernier, ta reprise de la chanson Burn, de Ray Lamontagne, que tu avais déjà faite à La Voix. Cette chanson revêt-elle une importance particulière pour toi?

«Elle est importante pour ma vie et pour ma carrière. C’est une chanson que j’ai découverte en voyage il y a quelques années. C’était un moment puissant dans ma vie personnelle, qui n’avait pas vraiment rapport avec la musique. Quand j’ai eu l’opportunité de la partager, c’était vraiment très touchant pour moi. Surtout la réception qu’elle a eue. Je n’avais jamais eu l’intention de la lancer officiellement, mais comme beaucoup de gens me l’ont demandée, j’ai décidé de le faire. On l’a lancée en même temps que la fin de la tournée. C’était la fermeture d’un chapitre.»

Qu’arrive-t-il avec le projet Ogen, avec lequel tu as fait l’album Old Man? Poursuivras-tu le reste de ta carrière sous le nom de Matt Holubowski?

«Ouf... je ne peux pas vraiment dire ce que je vais faire pour le reste de ma carrière. Je ne sais même pas ce que je vais faire pour le reste de la journée! (rires) J’avais choisi Ogen comme nom de plume parce que je m’étais dit qu’Holubowski n’était pas assez accrocheur. Finalement, avec La Voix et la grandeur du phénomène, les gens connaissent beaucoup plus ma musique sous mon nom personnel. Mais l’un ou l’autre, ça ne dérange pas, car Ogen et Matt Holubowski, c’est la même personne. Ce sont juste deux côtés différents de ma personnalité.»

Où en es-tu avec le travail de ton nouvel album?

«En ce moment, j’ai une bonne dizaine de chansons de prêtes. À mon retour de voyage, dans quelques semaines, j’ai l’intention de faire les arrangements musicaux avec ces chansons-là. Le processus en est encore à son début. J’essaie de découvrir aussi le son que je veux pour cet album. Ça va être quand même assez différent de mon dernier. Dans le temps d’Old Man, j’étais vraiment dans ma phase Bob Dylan. Je faisais des chansons de sept minutes avec 50 couplets!»

Vas-tu avoir des chansons en français ou bien ce sera seulement en anglais?

«Ça va tout être en espagnol! (rires) C’est une question qui m’a beaucoup tracassé. J’ai grandi comme un Québécois franglais. J’ai une grande fierté pour le français et l’anglais et j’aimerais vraiment incorporer les deux. Ça reflète qui je suis comme personne bilingue.»

À quel moment l’album pourra-t-il voir le jour?

«Ça devrait être à l’automne. C’est quand même encore assez loin. L’objectif était de laisser Old Man vivre un peu. Même s’il est sorti depuis un an, il est juste connu depuis tout récemment. On voulait laisser ça rouler et laisser retomber la poussière de la dernière année. Je ne suis pas particulièrement pressé et je suis très chanceux d’être avec une boîte comme Audiogram qui me laisse beaucoup de temps pour faire l’album.»

Parlant d’audiogram, comment t’es-tu senti en rejoignant cette réputée étiquette?

«C’est tout un rêve. Je pense que je n’ai pas encore compris l’ampleur de la chose. On a signé, j’ai terminé la tournée et je suis parti en voyage. C’est arrivé très rapidement. Je pense que je vais pouvoir mieux répondre à cette question lorsque je reviendrai et que je me mettrai au travail. Mais déjà, après quelques mois, les choses se placent beaucoup plus rapidement que lorsque j’essaie de les faire moi-même. (rires)»