/news/politics
Navigation

Analphabétisme : le ministre Blais veut mieux dépenser l’argent disponible

Periode des questions
Photo d'Archives François Blais

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, François Blais, reconnaît que l’analphabétisme est un «problème important» au Québec mais il prendre le temps d’évaluer les mesures en place avant d’annoncer de nouvelles mesures.

C’est ce qu’il a indiqué mardi, en marge d’un point de presse. Au Québec, un adulte sur deux est analphabète fonctionnel et les groupes qui œuvrent en alphabétisation réclament depuis des années la mise à jour de la politique nationale d’éducation des adultes, qui date de 2002.

La stratégie gouvernementale sera revue, a indiqué le ministre mardi, sans toutefois préciser d’échéancier. «On va la mettre à jour mais j’ai lancé aussi un appel pour clarifier, essayer d’évaluer davantage ce qu’on fait de bien dans le domaine, parce qu’on finance beaucoup d’organismes, et comment on pourrait améliorer des choses. (...) Visiblement, les choses s’améliorent très lentement alors c’est pour ça que je veux prendre le temps nécessaire pour évaluer les sommes qui sont à notre disposition (et voir) où il faut les placer pour faire la différence», a-t-il affirmé.

Le ministre Blais a aussi indiqué que le réinvestissement annoncé récemment, qui servira principalement à améliorer la maîtrise du français dans les milieux défavorisés, pourra éventuellement faire une différence.