/news/currentevents
Navigation

Pas de casier judiciaire pour un policier voleur

Il était aussi accusé d’avoir importé du Cialis et du Viagra

Amir El Alfy
Photo Le journal de Montréal, Chantal Poirier Amir El Alfy

Coup d'oeil sur cet article

Un policier coupable d’avoir volé un iPhone à ce qu’il appelait un «pauvre idiot de manifestant» s’en est sorti sans casier judiciaire, en obtenant une absolution inconditionnelle.

«Il est content, il peut maintenant tourner la page et aller de l’avant», a commenté l’avocat d’Amir El Alfy, Me Dylan Jones, juste après le prononcé de la peine au palais de justice de Montréal.

Le policier El Alfy, qui est suspendu sans solde depuis sa mise en accusation en 2012, espère même récupérer son emploi selon son avocat, même si la tâche s’avère ardue.

«Il risque fortement de le perdre», a d’ailleurs souligné le juge Denis Mondor lors de la lecture de son jugement.

El Alfy, qui cumulait 10 ans d’ancienneté à la police de Montréal lors de son arrestation, devra en effet prouver qu’il mérite de réintégrer les forces de l’ordre malgré le crime qu’il a commis.

« On a bûché »

L’affaire remonte au printemps 2012, lors des manifestations étudiantes contre la hausse des frais de scolarité. El Alfy avait volé le iPhone qui finalement appartiendrait à un policier, mais El Alfy l’ignorait à ce moment.

«On a bûché, j’ai jamais fessé aussi fort sur du monde, et c’est là que j’ai vu le iPhone 4S, avait dit El Alfy à un ami, peu après. Ça me paye la moitié d’un voyage dans le Sud, ce téléphone-là.»

Le hic, c’est qu’El Alfy faisait l’objet d’une enquête dans une autre affaire, si bien que son crime n’est pas resté sous le radar. Et en plus du iPhone volé, les autorités ont découvert qu’il a aussi importé 250 comprimés de Cialis et de Viagra, ce qui lui a valu une autre accusation pour laquelle il a aussi plaidé coupable.

«À l’époque, il suivait un entraînement physique et intensif, c’était pour sa consommation personnelle», a dit le juge.

Le magistrat a d’ailleurs souligné qu’une absolution peut être accordée si la conséquence d’une peine autre est «disproportionnée» par rapport à l’acte qui a été commis.

Don

En plus de l’absolution inconditionnelle, El Alfy, qui travaille comme vendeur de voitures, a également versé un don de 1500 $ pour venir en aide aux victimes d’actes criminels.

Notons que ce don correspond à l’amende que réclamait la Couronne dans cette affaire.

Il s’agit du deuxième policier à obtenir l’absolution en un mois. En décembre, Charles Lavallée avait lui aussi obtenu la clémence de la cour, pour avoir vendu des stéroïdes dans le stationnement du QG de la police.