/misc
Navigation

Netflix, UBER: la loi des algorithmes

Netflix, UBER: la loi des algorithmes

Coup d'oeil sur cet article

Comment UBER fixe-t-il les prix des courses en temps réel? Comment Google parvient-il à livrer des résultats de recherche en une fraction de seconde? Comment Amazon peut-elle nous proposer des livres qui «pourraient nous intéresser»? Comment Netflix décide-t-il de nous proposer telle ou telle série? Comment Facebook décide-t-il ce qui sera affiché sur notre fil d’actualité?

En utilisant des algorithmes! 

Un algorithme est un ensemble d’instructions donné à un ordinateur permettant d’obtenir un résultat en effectuant des calculs.  

Pour y arriver, ils utilisent des algorithmes qui analysent des masses considérables de données générées par notre présence en ligne.

À partir des grandes bases de données, les entreprises proposant des services en ligne calculent une multitude d’informations afin de déduire ce qui est le plus susceptible d’être pertinent, afin de fixer les tarifs en temps réel, etc. 

Dans certains cas, les algorithmes peuvent être utilisés afin d’ajuster les prix en temps réel. C’est ce qui arrive pour certains sites de voyage qui fonctionnent de manière à ajuster les prix au fur et à mesure de l’évolution de la demande.

Les algorithmes imposent donc leur logique. Ils imposent leur «loi». 

Ce ne sont pas des lois comme celles qu’adoptent les députés. Mais leurs effets sont souvent comparables, souvent plus efficaces!

Les algorithmes rendent possibles ou impossibles des activités, fixent les prix, montrent ou cachent des messages. Ils calculent en temps réel, pour déterminer quel message publicitaire sera affiché sur une page web, quels articles seront proposés à l’internaute, quelles émissions seront suggérées à l’abonné de Netflix.

Comme ils fonctionnent de façon automatisée, les algorithmes peuvent parfois livrer des résultats bizarres. Par exemple, des mots clés considérés comme suspects par ceux qui ont programmé l’algorithme peuvent déclencher la suppression en ligne d’un document affiché sur un réseau social.

L’algorithme pourrait confondre un vidéo sur l’allaitement maternel avec un document érotique!

Mais par-dessus tout, ce qui préoccupe, ce sont les bases sur lesquelles se fonde l’algorithme pour livrer ses résultats.

L’impératif de transparence

Les algorithmes sont un mécanisme fondamental du fonctionnement actuel d’internet et plus généralement du monde connecté. On ne peut en soi les interdire. Mais il urge de prendre la mesure de ce qu’ils font et des effets normatifs qu’ils engendrent.

Évidemment, tout n’est pas désolant: la plupart des opérations effectuées par les algorithmes contribuent à nous faciliter la vie. 

C’est ce qui permet au moteur de recherche Google de livrer en une fraction de seconde des liens vers des ressources en ligne que nous trouverons pertinentes, compte tenu du lieu où nous nous trouvons et des intérêts que nous avons.

Mais plusieurs experts s’entendent pour réclamer que l’utilisation des algorithmes soit conditionnelle à une obligation de transparence.

Il faut que les personnes concernées soient en mesure de savoir comment, sur quelles bases, sur quels présupposés fonctionnent les algorithmes. Sur quels raisonnements ils génèrent leurs décisions.

Il importe en effet que ces calculs à partir de masses de données ne mènent pas à des décisions ou à des comportements discriminatoires.  

Les algorithmes régissent déjà et régiront de plus en plus nos vies connectées.

Il est essentiel que les entreprises qui les utilisent expliquent clairement ce que font les algorithmes et selon quels présupposés.

C’est à la mise en place de ce type de réglementation que les États démocratiques devaient se consacrer si l’on tient réellement à une société numérique qui soit démocratique.

Autrement dit, les débats au sujet de UBER, d’Amazon, d’AirBnB ou de Netflix ont au moins un trait commun: ils supposent que les décideurs publics commencent à s’intéresser aux régulations qu’imposent les technologies de l’information.

C’est de cela qu’on parle – ou dont l’on devrait parler – lorsqu’il est question de préparer notre société à l’univers numérique.

Voir, sur le sujet des algorithmes: Dominique CARDON, À quoi rêvent les algorithmes – Nos vies à l’heure des big data, Paris, Éditions du Seuil et La République des Idées, 2015.