/news/currentevents
Navigation

Marcel Aubut et le Comité olympique écorchés dans un rapport accablant

Le Comité olympique canadien dit avoir laissé tomber ses employés et s’excuse

Marcel Aubut et le Comité olympique écorchés dans un rapport accablant
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

De hauts dirigeants du Comité olympique canadien (COC) ont fermé les yeux sur les agissements de l’ex-président Marcel Aubut, alors qu’une majorité d’employés admettent avoir été victimes ou témoins de harcèlement sexuel de sa part. Aujourd’hui, l’organisation fait son mea culpa et promet une large réforme.

Il y avait des «préoccupations sur le comportement» de Marcel Aubut depuis 2008 dans les dossiers des ressources humaines du COC, selon l’enquête indépendante de l’avocate Christine Thomlinson rendue publique mercredi.

À cette époque, l’avocat n’avait toujours pas été nommé président, mais il siégeait au Conseil d’administration et au Comité exécutif.

Il a tout de même été élu quelques mois plus tard à la tête du Comité olympique.

Puis, en 2011, une lettre a été transmise par des représentants du COC à Marcel Aubut concernant sa conduite. Ce geste aurait servi à «pondérer les intérêts des personnes qui se sont manifestées avec des informations», selon le rapport. Jamais le CA n’en a été informé.

«Je m’excuse», a affirmé la nouvelle présidente du COC, Tricia Smith, éprouvée par les derniers mois. «Il est clair, dans ce rapport, que le conseil d’administration et la direction auraient pu faire davantage. Nous assumons tous ce manquement. Je tiens à dire à nos employés et à toutes les personnes qui ont été touchées que je suis sincèrement désolée. Nous vous avons laissé tomber», a admis Mme Smith.

Des dizaines de victimes

L’enquête de l’avocate Christine Thomlinson a été réalisée après une plainte formelle, le 25 septembre 2015, d’allégation de harcèlement sexuel contre Marcel Aubut. Pris dans cette tourmente, l’avocat de renom avait dû démissionner de son poste de président de l’organisation olympique.

Le rapport est dévastateur. L’enquête, qui a duré trois mois, où plus d’une centaine de personnes ont témoigné, a permis à Mme Thomlinson de lever le voile sur une culture du silence.

Durant la période couverte par le mandat de président de Marcel Aubut à la tête du COC, une majorité d’employés ont affirmé avoir été victimes ou témoins de harcèlement sexuel ou personnel.

«À certaines occasions, certains gestionnaires ou membre de l’ÉHLD ont admis avoir connaissance d’informations suggérant que certains employés du COC étaient victimes de harcèlement», mentionne le rapport.

Recommandations

«Les choses se feront différemment à l’avenir», a assuré Mme Smith, admettant que «tout le monde aura des comptes à rendre», y compris elle et son chef de direction.

Elle assume que la haute direction devra regagner leur confiance après le mandat d’Aubut qui manquait de «clarté».

«Il nous faudra aller au fond des choses et apporter les changements qui s’imposent», a constaté la présidente, acceptant les huit recommandations du rapport, ce qui assurera un moyen de déposer des plaintes sous le couvert de l’anonymat.

Extraits du rapport

«Certains employés, autres que ceux employés par le COC, qui ont été rencontrés ont rapporté avoir été témoins du comportement du président de harcèlement à l’extérieur des bureaux du COC, dans des situations où il agissait à l’intérieur de ses fonctions de représentant du COC»

«Aucune surveillance du comportement du président n’a été effectuée, malgré ce qui paraît être une reconnaissance de la part de certains représentants du COC qu’une telle surveillance était nécessaire.»

«À certaines occasions, certains gestionnaires ou membres de l’Équipe de leadership de la haute direction du COC, ont admis avoir connaissance d’informations suggérant que certains employés du COC étaient victimes de harcèlement. Ces mêmes gestionnaires et membres de l’ÉHLD ont admis qu’à certains moments, ceux-ci n’ont rien fait avec cette information.»

«Il y a confusion parmi les employés du COC sur ce que constitue un comportement inapproprié au travail et sur le mécanisme de plaintes de tels comportements.»

Marcel Aubut et le Comité olympique écorchés dans un rapport accablant
Photo d'archives

Saga Aubut

30 septembre

Le Comité olympique canadien (COC) enquête sur une plainte de harcèlement sexuel contre son président, révèle le Globe and Mail.

1er octobre

Une avocate ainsi qu’une ancienne adjointe administrative affirment avoir subi des comportements inappropriés de la part de Me Aubut.

2 octobre

Une des présumées victimes dépose une plainte au Barreau.

3 octobre

Marcel Aubut démissionne de son poste de président du COC. La chroniqueuse du Journal de Québec Karine Gagnon signe une chronique qui expose ses mauvaises expériences avec l’avocat.

6 octobre

Le CA du COC nie avoir été informé des comportements de Me Aubut, alors que des médias avaient relayé l’information selon laquelle le COC était au courant depuis 2011. Le CA mandate une experte indépendante pour enquêter sur le dossier.

8 octobre

La Presse révèle que Me Aubut aurait contacté d’anciennes employées afin de les convaincre de dire publiquement de bons mots à son sujet. Une nouvelle victime se confie à TVA. Celle qui travaillait comme hôtesse pour les Nordiques avait 15 ans au début des gestes allégués.

9 octobre

Marcel Aubut fait une première déclaration publique, s’excusant auprès de toutes les personnes qu’il a pu blesser. Il dit assumer l’entière responsabilité de ses gestes, promettant une longue pose et une profonde réflexion.

11 décembre

Le Journal dévoile que Marcel Aubut s’est discrètement ouvert un nouveau bureau sur la Grande Allée à Québec

13 janvier

Un rapport dévastateur démontre qu’une majorité d’employés disent avoir été victimes ou témoins de harcèlement et que la direction a fermé les yeux. Une grande réforme est annoncée au COC

Ce qu’ils ont dit :

Marcel Aubut et le Comité olympique écorchés dans un rapport accablant
Photo d'archives

«On m’avait traitée de menteuse, alors que je l’avais dit à trois d’entre eux. J’aimerais bien que tout le conseil d’administration démissionne. Ils le savaient et ils n’ont rien dit. C’est une honte. Je n’ai plus confiance»

- Amélia Salehabadi-Fouques, victime alléguée

«C’est un rapport dévastateur pour le Comité olympique [...] On a laissé des femmes en danger dans un milieu de travail qui devrait normalement être sain et exempt de harcèlement. On a laissé la situation pourrir. Pourquoi a-t-on permis à Marcel Aubut de continuer?»

«Des gestionnaires en poste ont jugé qu’il était plus important de garder Marcel Aubut – qui était un bon collecteur de fonds – que de protéger les femmes qui travaillaient au Comité olympique canadien. Et ça, pour moi, c’est inacceptable.»

- Julie Miville-Dechêne, présidente du Conseil du statut de la femme

«Maintenant, c’est confirmé. C’est comme une douche froide qui nous tombe dessus. Par contre, le Comité olympique prend les choses en main, c’est tolérance zéro, point à la ligne. Un geste, c’est un geste de trop.»

- Sylvie Fréchette, double médaillée olympique en nage synchronisée

«Si tout le monde se déclare satisfait qu’il ait démissionné, ça peut s’arrêter là. Mais ça pourrait se retrouver devant les tribunaux s’il y a une plainte et des faits. Ça pourrait être au civil, mais encore là, peut-être que les normes du travail s’en occuperaient.»

- Rénald Beaudry, avocat criminaliste

Qui est Marcel Aubut, 67 ans?

Marcel Aubut et le Comité olympique écorchés dans un rapport accablant
Photo d'archives

• Avocat et homme d’affaires

• Ancien président et copropriétaire des Nordiques de Québec

• Gouverneur de la LNH pendant 16 ans

• Élu président du Comité olympique canadien en 2009.

• Réélu pour un second mandat de quatre ans en 2013.

• Intronisé au Panthéon des sports canadiens et au Panthéon des sports du Québec.

• Officier de l’Ordre du Canada

• Officier de l’Ordre national du Québec

• Avocat émérite du Barreau du Québec

– Avec la collaboration de Kathryne Lamontagne

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.