/entertainment/celebrities
Navigation

Décès de René Angélil: ceux qui l'ont côtoyé réagissent

Décès de René Angélil: ceux qui l'ont côtoyé réagissent
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l'annonce du décès de René Angélil, les réactions fusent de toutes parts. Des proches de M. Angélil ont tenu à se confier quelques heures après avoir été mis au fait de la mort du célèbre impresario.

Voici quelques réactions recueillies par Le Journal:

Ginette Reno

«Je voudrais offrir mes sincères condoléances à son épouse, ses enfants et toute sa famille. Ça me fait de la peine, mais en même temps, je pense que c’est une délivrance pour lui. En dernier, il ne mangeait plus, il n’entendait plus, il ne pouvait plus parler. Ce n’est pas bien le fun. C’est mieux comme ça, il est délivré maintenant.»

«Je vais garder comme souvenir son humour, son feu sacré, sa manière de prendre des décisions. C’était un homme qui donnait toujours l’impression que tu décidais. Il était pas mal brillant, unique, il n’y a personne qui était comme lui.»

«C’était très facile de travailler avec lui, jamais compliqué. À la fin de notre collaboration de deux ans, nous avions eu des différences, mais il m’avait remercié en me disant que sans ça, il n’aurait jamais rencontré Céline.»

«Je l’ai rencontré quand j’avais 15 ans. Je sortais avec un gars des Baronets (Pierre Labelle). On a même chanté sur disque ensemble. À chaque fois qu’il y avait des disputes, il nous réconciliait. C’était l’homme sage du groupe.»

Qu’est-ce que le milieu de la musique perd aujourd’hui avec le décès de René Angélil?

«Un des grands de la Terre. Comme lorsque le gérant d’Elvis Presley est parti. C’est à peu près pareil. Il était grand dans son âme.»

Que souhaiteriez-vous à Céline?

«Je lui souhaite de continuer à faire ce qu’elle aime le plus au monde. Et je lui souhaite l’amour en masse. Elle est encore très jeune. Elle a 22 ans de moins que moi. Je lui souhaite le grand amour. Pas tout de suite. Elle va vivre son deuil. Mais je lui souhaite un grand amour.»

Jean Beaulne (Les Baronets)

«René, c’est comme un frère pour moi. Je l’ai connu à 15 ans. J’étais à l’école Saint-Viateur et on jouait au ballon-panier ensemble. Après ça, il m’a présenté à Pierre (Labelle), qui est devenu un ami. Après être allés voir le spectacle de Tex Lecor, on chantait les trois ensemble dans le taxi. C’est là qu’on a décidé de former Les Baronets. On était tout le temps ensemble, pour les répétitions, les voyages. Au début, on était obligés d’avoir une chambre d’hôtel les trois ensemble. On a eu des moments extraordinaires, dont un spectacle à la Comédie canadienne, qui était l’ancienne Place des Arts.»

«René aurait eu 74 ans demain (samedi). Je ne peux pas croire que Pierre et lui sont partis. Je suis le prochain... Qu’il ait fini ses jours de cette manière-là, ça ne me rentre pas dans la tête. Ça me fait beaucoup de peine. J’ai toujours admiré le courage qu’il a eu pour la réussite de Céline Dion. Ça lui avait pris dix ans avant de faire un peu d’argent. Je comprends qu’il ait été malade, ces dernières années, car c’était beaucoup de stress.»

René Simard

L’annonce du décès de René Angélil a beaucoup ébranlé René Simard. Après la dissolution des Baronets, en 1972, René Angélil avait pris la carrière de René Simard sous son aile, en collaboration avec Guy Cloutier.

«J’ai passé 15 ans avec René Angélil, confie le chanteur au Journal. On voyageait presque 300 jours par année. Ensemble, on a fait le tour du monde. On est allé à Las Vegas, au Japon, en France, à Los Angeles... On a vécu des moments exceptionnels.» Pour René Simard, René Angélil était un «homme d’honneur». «René, c’était la bonté incarnée. Il m’appelait toujours «champion». C’est quelqu’un qui ne laissait rien passer. C’était un homme de qualité. Il avait une vision. C’est un gars qui aimait le monde, qui respectait le public. C’est un grand monsieur qui nous quitte.»

Pierre Marchand

Fondateur et grand architecte de MusiquePlus, Pierre Marchand a souvent collaboré avec René Angélil durant sa carrière, développant plusieurs émissions de télévision pour marquer les moments forts du parcours de Céline Dion, à partir du lancement du disque Incognito en 1987.

«C’est une nouvelle qui fait mal à beaucoup de monde, déclare M. Marchand. René Angélil était un homme d’une grande loyauté. C’est une nouvelle qui provoque une grande tristesse.»

Claudette Dion, une des soeurs aînées de Céline Dion

«Céline a toujours été près de lui. Elle lui a dit son amour pendant tellement d’années. Je pense qu’il est parti en paix et elle, elle est forte, comme elle l’a toujours été», a affirmé Claudette Dion, convaincue que M. Angélil est décédé l’âme sereine. En entrevue sur les ondes de TVA Nouvelles, Mme Dion remercie le public de son grand amour et dit vouloir prendre soin de la famille et des enfants.

Daniel Lamarre, Cirque du Soleil

«Il a fait rayonner le Québec partout sur la planète et de façon exceptionnelle. Je le connaissais très bien et je suis très ému, très touché, pour ne pas dire atterré», a confié M. Lamarre à l’Agence QMI.

Soulignant ses capacités de grand négociateur, il a insisté sur la classe avec laquelle il menait ses affaires.

«On se rencontrait à Las Vegas et j’avais négocié avec lui, à l’époque, le grand spectacle de l’an 2000 au Centre Bell, a enchaîné Daniel Lamarre. Je pense sincèrement que le Québec vient de perdre le plus grand impresario du show-business mondial.»

Au-delà des contrats, René Angélil a aussi ouvert toutes grandes les portes d’une scène jusque-là à peine entrevue, avant lui.

«Il l’a démontré avec Céline et laisse l'espoir à tous les artistes québécois qu’ils ont une chance sur la scène internationale, a soutenu le président du Cirque. On voit de plus en plus d’artistes percer et on doit cet espoir à son talent, à sa détermination et à son rêve. Il rêvait toujours de plus grand et de plus haut.»

Michel Bergeron

«Tout le monde savait qu’il était terriblement malade, mais on espérait un miracle», a confié l'ancien entraîneur des Nordiques de Québec en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Bergeron a décrit René Angélil comme étant un être extraordinaire, formidable, attentif et généreux. «Je perds un grand chum», a ajouté le chroniqueur sportif.

La dernière fois qu’il a vu René Angélil, c'était lors d'une partie de golf avec son fils, René-Charles. Très malade, René Angélil avait insisté pour accompagner les deux hommes et avait suivi Michel Bergeron et René-Charles dans la voiturette de golf. «Il m’avait fait un pouce en l’air en voulant dire ''Aie du fun avec mon fils''», s’est rappelé Michel Bergeron.

Ce dernier a tenu à souligner à quel point René Angélil aimait sa famille. «René, ce qu’il aimait le plus au monde, c’était manger avec sa famille et ses amis», a-t-il dit.

Luc Dionne

«Ce que je retiendrai de René Angélil, c’est sa très grande générosité, une générosité de temps, confie le réalisateur. Durant le tournage d’Omertà, il n’a jamais voulu de traitement de faveur. Il a toujours insisté pour manger avec tout le monde, avec les techniciens... Il s’intéressait aux autres. Ce n’était jamais plaqué. Il ne faisait pas ça pour bien paraître. René Angélil était un homme foncièrement bon. Un homme au grand cœur. Il n’avait pas une once de méchanceté en lui. Il était ouvert d’esprit.»

«Je vais garder en mémoire les grands moments de bonheur qu’on a eus à rire sur le plateau d’Omertà avec Paolo Noël, Patrick Huard et Stéphane Rousseau. C’était un vrai bonheur de travailler avec lui à chaque jour. C’était quelqu’un d’immensément disponible malgré son horaire de fou. On a perdu un grand homme.»

Pierre Dion, Québécor

«M. Angélil fait partie de ces bâtisseurs dont le Québec est si fier. Nous rendons hommage aujourd’hui à un homme d’affaires émérite, un visionnaire, un homme passionné qui n’a jamais eu peur de voir grand. Ce fut un honneur de compter sur ce grand homme en tant que partenaire et ami de Québecor depuis de nombreuses années.»

Frank Silva, directeur gérant du Schwartz's

«Je suis très triste de son départ. C'était un homme gentil et généreux avec les employés et les clients. Il disait toujours “Bonjour” à tout le monde. Je suis très fier d'avoir travaillé pour lui. Ça fait près de deux ans qu'il n'est pas venu au restaurant, car il était malade (...) Son grand plaisir était de manger un gros smoked meat bien gras. Il aimait tellement celui du Schwartz's qu'il a décidé de l'acheter. Cet homme va nous manquer, il prenait soin de tout le monde. C’est aussi une personne importante pour le Québec et le Canada (...) Lundi dernier, c'était notre party de Noël et les 49 employés ont reçu une paire de billets pour le spectacle de Céline Dion en juillet à Montréal. Céline et René ont toujours été généreux et ceci n'est qu'un exemple.»

Gary Selesner, président du Caesars Palace

«Nous sommes incroyablement attristés par le départ de notre ami et partenaire d’affaires, René Angélil, le mari de Céline Dion, et toutes nos pensées vont à Céline et à sa famille.»

«Il est impossible de passer outre l’impact que René et bien sûr Céline ont eu dans l’histoire du divertissement à Las Vegas et au Caesars Palace, avec la vision audacieuse qu’ils ont eue en ce qui concerne la résidence de Céline qui dure depuis maintenant 13 ans et qui se poursuit.»

«René était sincèrement un être humain, un “showman” et un homme d’affaires merveilleux et, au fil du temps, il est devenu un membre aimé et précieux de la famille du Caesars Palace.»

«Sur un plan personnel, il me manquera beaucoup. Il n’y aura jamais un autre René Angélil.»

«Vous allez nous manquer, cher ami», peut-on lire sur la marquise du Caesars Palace.