/entertainment/shows
Navigation

Un géant s'éteint

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Christine Noël et Dominique Scali, Le Journal de Montréal

René Angélil, l’architecte derrière le succès planétaire de Céline Dion, s’est éteint à sa résidence de Las Vegas, hier. Quelques jours avant son 74e anniversaire, le plus célèbre imprésario du Québec a été emporté par un cancer de la gorge, entouré de ses proches.

L’homme qui a marqué le show-business international en faisant rayonner les talents d’ici a poussé son dernier souffle.

Céline et leurs enfants étaient à son chevet. «C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons que René Angélil, 73 ans, est décédé ce matin [hier] à sa résidence de Las Vegas après un long et courageux combat contre le cancer. La famille souhaite vivre le deuil en toute intimité», a laissé savoir l’équipe de Céline sur sa page Facebook.

Selon nos informations, il s’est éteint tranquillement et paisiblement.

Ayant reçu un diagnostic de cancer de la gorge en 1999, René Angélil se portait mieux depuis deux mois, a-t-on appris. Son état se serait toutefois dégradé peu de temps avant Noël. Plusieurs de ses proches pensaient qu’il n’allait pas survivre au-delà du temps des Fêtes.

René Angélil et Céline Dion
Photo d'archives

À la demande du maire de Montréal Denis Coderre, les drapeaux de la ville ont été mis en berne hier.

Le Centre Bell a également voulu souligner le triste événement par une minute de silence avant le match de hockey opposant le Canadien aux Blackhawks de Chicago.

Au sommet

Le destin de René Angélil est à jamais lié à celui de Céline Dion, avec laquelle il a partagé 35 ans de sa vie professionnelle et personnelle. Il a été, pendant toutes ces années, le maître d’œuvre de la carrière de la vedette internationale.

Ensemble, ils ont conquis la planète musicale, lançant des dizaines d’albums et pilotant de multiples tournées.

Photo d'archives

Ils ont contribué à donner un second souffle à la ville du jeu, Las Vegas, en proposant un modèle d’affaires jusque-là inédit pour une star de l’envergure de Céline: s’installer de façon permanente dans une ville en y faisant construire une salle de spectacle sur mesure.

Enfance à Villeray

Né d’un père d’origine syrienne et d’une mère canadienne d’origine libanaise, René Angélil grandit dans le quartier Villeray, à Montréal. Passionné par la musique et le show-business, il se fait connaître au début des années 1960 avec le groupe Les Baronets, aux côtés de Jean Beaulne et Pierre Labelle.

Très vite, le trio devient populaire au Québec, principalement grâce à ses interprétations francophones des plus grands succès des Beatles.

Le groupe se dissout en 1972 et René Angélil se réoriente alors vers une carrière d’imprésario. Il fait ses premières armes aux côtés de Guy Cloutier, avec qui il s’occupe de la carrière du jeune René Simard. Désireux de faire connaître le chanteur en sol américain, les deux hommes subissent l’échec après des négociations un peu trop gourmandes avec CBS Records.

De son mariage avec Denyse Duquette, en 1966, naît deux ans plus tard son premier enfant, Patrick. En 1974, René Angélil divorce pour s’unir à la chanteuse populaire Anne Renée avec qui il a deux enfants, Jean-Pierre et Anne-Marie. Le couple rompt en 1986.

La rencontre avec Céline

En 1979, René Angélil fonde sa propre entreprise, mais il encaisse un autre coup dur professionnel lorsque sa protégée du moment, Ginette Reno, le congédie pour confier sa carrière à son conjoint de l’époque. Sa patience est récompensée lorsqu’il reçoit la démo d’une adolescente de Charlemagne qui interprète Ce n’était qu’un rêve, une pièce écrite par sa mère, Thérèse Dion.

Ébahi par cette voix d’or, René Angélil flaire tout de suite son potentiel et se consacre alors exclusivement à la représentation de la jeune Céline Dion, alors âgée de 12 ans.

«Je me donne cinq ans pour faire de votre fille une star», promet-il alors à maman Dion, allant même jusqu’à hypothéquer sa maison pour enregistrer son premier album, La voix du Bon Dieu.

Menée par Angélil, la carrière de Céline connaît une ascension fulgurante, d’abord au Québec, puis dans le reste du Canada et en France.

«Vous n’oublierez jamais cette voix. Alors retenez bien ce nom: Céline Dion», se plaisait-il à répéter.

Le travail d’Angélil est couronné par le Félix du gérant de l’année deux années consécutives, en 1987 et 1988. C’est aussi le début de l’aventure américaine pour sa jeune prodige et lui puisqu’ils signent avec la maison de disques CBS Records pour la sortie de l’album Incognito.

Les débuts du couple

Vers la fin des années 1980, l’amour s’installe doucement entre le gérant et sa protégée, de 26 ans sa cadette. Céline profite de la sortie de l’album The Colour of My Love, en 1993, pour rendre publique sa flamme.

Un an plus tard, le couple scelle son amour en se mariant à la basilique Notre-Dame de Montréal. De cette union naissent René-Charles, en 2001, et les jumeaux Nelson et Eddy, en 2010.

Las Vegas, le jeu et la vie

Déployant le talent de sa femme sur les cinq continents, René Angélil a transformé le paysage de Las Vegas en 2003 en y faisant construire le Colosseum du Caesars Palace, où Céline a livré de nombreux spectacles quand elle n’était pas en tournée mondiale.

Joueur passionné, René Angélil a été couronné en 2007 champion d’un important tournoi de poker à Las Vegas.

Photo d'archives

Dans sa biographie autorisée Le maître du jeu, on pouvait notamment apprendre que le gérant a bénéficié du soutien de ses proches pour contrôler sa propension au jeu pathologique. «Oui, je suis un gambler, oui, c’est une maladie, oui, j’ai été chanceux et oui, il faut que je fasse attention aujourd’hui», avait-il confié.

–Avec l’Agence QMI


Les spectacles de Céline Dion des 16 et 17 janvier à Las Vegas sont annulés. Elle devrait être de retour sur scène le 23 février.

 

Sa bataille contre la maladie

Mars 1999 : En pleine tournée internationale, Céline remarque une bosse dans le cou de René, sous l’oreille. L’impresario, alors âgé de 57 ans, se rend dans un hôpital de Dallas, au Texas, où on lui fait une biopsie. Le lendemain, on lui annonce qu’il souffre d’un cancer de la gorge.

Avril et mai 1999 : Au terme de son opération, René Angélil reste en convalescence pendant plus de six semaines dans sa maison de Jupiter Island, en Floride. Dans les mois qui suivent, il se soumet à une trentaine de séances de chimiothérapie, ainsi qu’à des séances de radiothérapie.

2000 : En janvier 2000, le couple Dion-Angélil entreprend un congé sabbatique. Au terme d’une longue convalescence, les médecins confirment à René qu’il est guéri de son cancer. Durant la même période, le couple annonce que les traitements de fécondation in vitro de Céline ont fonctionné et qu’elle attend un premier enfant.

16 août 2012 : René Angélil prête son nom à la première chaire de recherche en oncologie au Québec, la chaire Dr Antoine Azar du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, dédiée à la recherche des cancers oto-rhino-laryngologique (ORL), qui touche la tête et le cou.

23 décembre 2013 : René subit l’ablation d’une tumeur cancéreuse à la gorge, une nouvelle que le public n’apprendra que plusieurs semaines plus tard. Son équipe annonce que l’impresario compte prendre du recul, et reprendre des forces «par le repos et l’alimentation».

Été 2014 : On annonce que René Angélil ne s’occupera plus de la carrière de Céline Dion, passant le relais à son ami Aldo Giampaolo. En août, la chanteuse annule sa tournée et ses concerts à Las Vegas «pour des raisons familiales et de santé».

Été 2015 : En août, Céline Dion fait un retour sur scène en grande pompe à Las Vegas. Malgré les traitements suivis à Boston, René est trop mal en point pour assister à la première. Il regarde le spectacle depuis son domicile.