/news/health
Navigation

Le décès de vedettes montre que le combat contre le cancer n'est pas gagné

Coup d'oeil sur cet article

Les décès successifs cette semaine de trois célébrités mondiales atteintes du cancer sont venus tristement rappeler que cette maladie est le mal du 21e siècle, et ce, peu importe la classe sociale.

«Le cancer ne fait pas de discrimination!» lance Nathalie Rodrigue, présidente de la Coalition priorité cancer au Québec.

«Une personne avec de bonnes habitudes de vie augmente ses chances de ne pas en avoir un, mais on n’est pas à l’abri», dit-elle.

«C’est vraiment un fléau. Et si on ne l’attrape pas, on sera un proche aidant. On ne passera pas une vie sans être impacté par le cancer», ajoute-t-elle.

Plus tôt cette semaine, le chanteur David Bowie et l’acteur Alan Rickman ont succombé au cancer. Jeudi, c’était au tour de René Angélil.

Depuis le décès du mari de Céline Dion il y a deux jours, 115 Québécois ont eux aussi succombé à cette maladie. D’ailleurs, il y a eu 20 900 décès causés par le cancer en 2015.

Les statistiques sur le cancer donnent littéralement des frissons. Chaque heure au Québec, plus de deux personnes en meurent et six autres sont accablées par un nouveau diagnostic de cancer.

L’argent ne suffit pas

Selon Mme Rodrigue, les moyens financiers aident à obtenir des soins de qualité lorsque la maladie frappe, mais ne garantissent en rien la guérison.

«L’argent adoucit peut-être le départ, mais tous les cancers ne se soignent pas encore, malheureusement», déplore-t-elle.

Néanmoins, le décès de M. Angélil, atteint du cancer de la gorge, pourrait aider à conscientiser ceux qui ont de mauvaises habitudes de consommation, dont les fumeurs.

«On se dit que si les vedettes n’ont pas survécu, comment moi je pourrais survivre? Ça fait vibrer des cordes sensibles», croit-elle.

Si le départ d’un homme admiré comme René Angélil peut attirer l’attention sur l’urgence de la lutte qu’il faut mener au cancer, ce sera tant mieux: il s’agit toujours de la première cause de décès au pays.

Sur les 50 000 cas découverts au Québec en 2015, plus de 40 % touchaient des gens âgés de plus de 70 ans.

Selon une étude, le cancer a engendré des coûts économiques de 4,2 milliards $ au Québec en 2013.

Un registre ?

Pour la Coalition priorité cancer, il est impératif que le gouvernement provincial crée un registre national des cancers.

«Ce sont des coûts astronomiques, et c’est pour ça qu’il faut une agence qui coordonne la lutte. Si on ne s’y attaque pas de manière coordonnée, ça va être tout un branle-bas de combat», croit Mme Rodrigue.

 

Trois vedettes parties trop tôt

Alan Rickman, 69 ans

Photo Andrew Marks

Cancer (type non divulgué)

  • 14 millions de nouveaux cas de cancer en 2012 dans le monde. 
  • Leur nombre devrait augmenter de 70 % d’ici 20 ans. 
  • Le tabac est le facteur de risque le plus important et est lié à 20 % des décès dus au cancer dans le monde. 

 

David Bowie, 69 ans 

Photo WENN.com

Cancer du foie

  • 2200 Canadiens ont reçu un tel diagnostic en 2015
  • 1100 Canadiens en sont décédés en 2015
  • Les hommes sont davantage touchés que les femmes 

 

René Angelil, 73 ans 

Photo d'archives, Chantal Poirier

Cancer de la gorge

  • 2,1 cas sur 100 000 au Canada
  • Le tabagisme et l’alcool sont fortement associés à ce cancer. 
  • Baisse de l’incidence entre 2001 et 2010, signe que les facteurs de risque sont en diminution.