/world/africa
Navigation

La famille Carrier sous le choc

«On essaie d’être comme lui et d’être positifs» – Marlène Carrier

Gladys Chamberland et son conjoint Yves Carrier avaient participé à l’émission Mon plan Rona en 2011 et avaient charmé les téléspectateurs. Ils ont tous deux péri dans l’attaque djihadiste.
Photo d'archives Gladys Chamberland et son conjoint Yves Carrier avaient participé à l’émission Mon plan Rona en 2011 et avaient charmé les téléspectateurs. Ils ont tous deux péri dans l’attaque djihadiste.

Coup d'oeil sur cet article

La famille d’Yves Carrier tente toujours d’accepter le destin tragique qu’ont connu l’homme, sa conjointe et leurs enfants, au lendemain du drame. C’est d’ailleurs le neveu de l’homme qui a confirmé la nouvelle à sa famille.
 
Marlène Carrier, la sœur de la victime, a expliqué à TVA Nouvelles que c’est son fils qui a réussi à obtenir la confirmation de la triste nouvelle alors que la famille était dans le néant. «Mon fils travaille pour l’Immigration à Ottawa. C’est lui qui a fait toutes les démarches, les téléphones, qui a appelé le ministre», raconte Mme Carrier.
 
La famille tente maintenant de se faire à l’idée et d’accepter cette difficile réalité. «On essaie d’être comme lui et d’être positifs. Il n’y avait pas de négatif en lui. C’est une épreuve, mais on va être encore plus forts après ça», insiste la sœur d’Yves Carrier.
 
D’autres membres de la famille Carrier se trouvaient en voyage au moment de la tragédie et ont décidé de rentrer au pays. Une rencontre familiale doit avoir lieu dans les prochaines heures pour faire le point.
 
«On attend que tout le monde soit arrivé et stable avant de se rencontrer, explique Marlène Carrier. [...] Ça va bien, mais quand on va se voir tous ensemble, on va en avoir plus à dire.»
 
Mme Carrier a indiqué que la famille avait prévenu l’ex-directeur d’école, avant son départ, des risques liés au terrorisme. «On lui avait dit, avant les Fêtes, de faire attention, que ce n’était pas drôle ce qui se passait. Il avait juste dit qu’il s’en allait bâtir une école et il va l’avoir fait», se rappelle Marlène Carrier.