/world/africa
Navigation

Les proches tentent de contacter l'ambassade

 À peine 24 heures après avoir appris la tragique nouvelle, la famille de Maude Carrier (photo), l’une des cinq victimes, entreprenait la pénible tâche de communiquer avec l’ambassade du Canada au Burkina Faso.
Facebook À peine 24 heures après avoir appris la tragique nouvelle, la famille de Maude Carrier (photo), l’une des cinq victimes, entreprenait la pénible tâche de communiquer avec l’ambassade du Canada au Burkina Faso.

Coup d'oeil sur cet article

Les proches des cinq Québécois morts tragiquement hier dans les attentats de Ouagadougou, au Burkina Faso, n'ont aucune idée de la façon dont seront rapatriés les corps des victimes.
 
 À peine 24 heures après avoir appris la tragique nouvelle, la famille de Maude Carrier, l’une des cinq victimes, entreprenait la pénible tâche de communiquer avec l’ambassade du Canada au Burkina Faso.

«Nous sommes dans ça, ça ne fait même pas 24 heures que l’on sait tout ça», confie la mère de Maude, Camille Carrier, la voix noyée par les sanglots.

 À peine 24 heures après avoir appris la tragique nouvelle, la famille de Maude Carrier (photo), l’une des cinq victimes, entreprenait la pénible tâche de communiquer avec l’ambassade du Canada au Burkina Faso.
Courtoisie

 

«Mon conjoint a téléphoné pour avoir des renseignements, ils vont peut-être rappeler, espère-t-elle. Je sais que mon fils va probablement communiquer avec eux aujourd’hui.»

Mme Carrier s’est dite anéantie par la perte de sa fille et extrêmement attristée pour les autres proches de la famille décimée. «Écoutez, je suis sans mots actuellement. Je ne peux pas vous dire... C’est très difficile. Moi, oui, j’ai perdu ma fille, mais deux autres enfants ont perdu leur père, leur belle-mère, leur frère. C’est tellement...», a-t-elle confié, en pleurs.
 
Selon des informations obtenues par Le Journal, les proches des cinq victimes doivent se rencontrer cet après-midi afin de coordonner la suite des choses, notamment le rapatriement des corps et les obsèques des disparus.