/news/politics
Navigation

Chefferie du PCC: Maxime Bernier poursuit sa réflexion

Il se dit ouvert à la légalisation de la marijuana

Chefferie du PCC: Maxime Bernier poursuit sa réflexion
photo dominique La Haye

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir survécu aux vagues orange en 2011 et libérale en octo­­bre dernier, le député de Beauce Maxime Bernier songe maintenant à se lancer dans la course à la direction du Parti conservateur. En entrevue avec notre Bureau parlementaire, il est revenu sur la défaite de son parti et s’est dit ouvert à la promesse du gouvernement Trudeau de légaliser la consommation de marijuana, ce qu’ont pourtant décrié les conservateurs.

Quel regard portez-vous sur la défaite électorale de votre parti ?

«D’abord une campagne électorale de deux mois, c’était peut-être un peu long. (...) Mais, personnellement et pour mon parti, je suis très content du résultat au Québec. On est passé de 5 à 12 députés, donc 7 députés de plus.»

Peut-on parler de gains réels ou plutôt d’un retour à ce que vous déteniez avant les élections de 2011?

«À l’élection de 2011, il y avait eu une vague NPD au Québec et on a perdu des sièges. Là, dans le contexte d’une vague libérale, on a quand même gagné des sièges. (...) Donc la seule bonne nouvelle, pour nous les conservateurs, elle provient du Québec, parce toutes les autres provinces ont perdu des sièges. Le Québec va être une bonne base pour bâtir le parti pour l’avenir.»

«Si je me présente dans la course au leadership (du Parti conservateur), j’y vais pour des changements, pour des idées» –Maxime Bernier

Il va maintenant y avoir une course à la direction du Parti conservateur. Où en êtes-vous dans votre réflexion?

«Il n’y a rien qui presse. Je l’ai dit publiquement, je pense aux tenants et aux aboutissants de tout cela. Des gens de Vancouver et de Calgary m’ont dit, il y a quelques semaines: “Maxime, tu devrais y penser, tu serais un bon candidat.” C’est un engagement important et je suis encore en réflexion. Premièrement, on va attendre de voir quelles seront les règles du parti pour la course au leadership. Et puis, ça prend une organisation. Il faut avoir des gens qui vont travailler dans tout le Canada. (...) Il faut avoir une plateforme électorale. Si je me présente à la course au leadership, j’y vais pour des changements, pour des idées.

Que pensez-vous de la décision du Québec de créer un registre des armes à feu pour compenser celui que votre gouvernement a aboli?

«C’est leur décision. Le plus important pour nous, c’est qu’au niveau fédéral le registre créait une infraction criminelle. (...) Maintenant, le gouvernement du Québec va faire son propre registre. Ça va être un registre administratif et non pas criminel.»

Votre parti a beaucoup fait campagne contre Justin Trudeau et sa promesse de légaliser la consommation de la marijuana. Êtes-vous pour ou contre?

«C’est un engagement électoral que les libéraux ont pris et je suis heureux de constater qu’ils vont le respecter. Je n’ai rien contre cette intention-là, mais il faut voir le comment. Nous allons participer à ce débat-là. Moi, Maxime Bernier, je ne suis pas contre ce principe-là, mais je veux voir comment on va l’appliquer dans la réalité. (...) Dans les sociétés occidentales, il y a d’autres États qui ont légalisé la marijuana et on peut profiter de leur expertise.»