/news/currentevents
Navigation

Coupable d’avoir violé sa femme avec le propre frère de celle-ci

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais accusé d’avoir agressé sexuellement sa femme avec son patron, puis avec le frère de celle-ci, a finalement plaidé coupable aux gestes horribles qui lui étaient reprochés.

«Viens-t’en, tu vas arrêter de faire ton bébé lala et de te plaindre tout le temps», a dit l’accusé à sa femme, Marie (nom fictif), juste avant de «l’offrir» au propre frère de celle-ci.

«T’es pas sérieux là, tu vas pas faire ça?» s’était exclamée Marie, qui a finalement été agressée sexuellement par son propre frère.

Et avant cela, c’est le patron du mari qui avait profité d’elle, à la demande et avec la bénédiction de l’accusé.

«Il (l’accusé) parlait de ses fantasmes, a expliqué Marie à la cour. Il m’a dit: “Mon plus grand rêve, c’est de décapiter une femme, puis de la découper en morceaux pour ensuite jouer avec comme un casse-tête. C’est à toi que je le ferais.”»

Panique

Marie, qui a divorcé depuis ces événements qui remontent à il y a 10 ans, témoignait dans le cadre du procès de son ex-mari la semaine dernière au palais de justice de Montréal, mais l’accusé a coupé court aux procédures en plaidant coupable à deux chefs d’agression sexuelle avec un tiers, et d’agression sexuelle mettant la vie d’autrui en danger, pour avoir étranglé sa femme lors d’une relation sexuelle.

«J’avais des étourdissements, j’étais en train de paniquer, j’essayais de le repousser, a expliqué Marie. Il serrait tellement fort que j’ai dû mettre mes deux mains autour de mon cou pour essayer de le faire desserrer, au moins pour avoir un peu d’air.»

Secte

Lors de son témoignage, Marie a pris le soin de préciser que l’accusé, qui ne peut être nommé afin de protéger l’identité de la victime, était membre de la secte La mission de l’Esprit-Saint, à Montréal-Nord.

Et dans ce groupe religieux, selon la victime, le rôle de la femme se limite à servir son mari.

«Dès qu’elle est menstruée, la femme est prête à marier, a expliqué Marie, qui a eu le premier de ses sept enfants à l’âge de 16 ans. Elle doit faire des enfants, s’occuper de son mari en tous points sans jamais le frustrer.»

Depuis les événements, Marie a quitté la secte et elle a porté plainte contre son ex-mari. Son propre frère, lui aussi accusé pour l’agression sexuelle, a plaidé coupable le mois dernier.

Les deux hommes reviendront au palais de justice de Montréal dans les prochaines semaines, pour les représentations sur la sentence.