/news/education
Navigation

La mannequin privée de bal a peu d’espoir

brunelle
Photo courtoisie Ariane Brunelle espère encore pouvoir assister à son bal de finissants.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré deux jours de controverse entourant la jeune mannequin Ariane Brunelle privée de son bal de finissants, la direction de l’école Thérèse-Martin refuse toujours de s’expliquer.

Elle ne pourra pas assister à son bal de finissants puisqu’elle a cumulé 56 périodes d’absence, soit neuf journées et demie, en raison de ses contrats de mannequinat. Le tout en dépit de sa moyenne supérieure à 80 %.

«Je continue d’espérer pouvoir aller à mon bal, mais je me bats surtout pour les prochaines qui vivront cette situation», explique la jeune femme de 17 ans.

À la suite des articles du Journal, elle a multiplié les entrevues dans les médias et son histoire s’est même retrouvée sur le site français Closer.

En soirée, sa mère a toutefois confié au Journal que la jeune femme se sentait un peu dépassée par les événements.

«Elle commence à stresser pour ses cours», affirme Nancy Pelosse.

La direction ne bronche pas

L’attention médiatique n’a pas suffi à faire bouger la direction de l’école.

Pierre Heynemand, directeur de l’établissement, a refusé de répondre aux questions du Journal alléguant la confidentialité du dossier et nous a plutôt redirigés vers la Commission scolaire des Samares.

Diane Fortin, directrice adjointe du Service du secrétariat général et des communications de la Commission scolaire des Samares, précise toutefois que le règlement qui interdit à Ariane de participer à son bal fait partie du code de vie adopté par le conseil d’établissement dont est notamment membre le directeur, M. Heynemand.

Selon elle, il revient donc au conseil d’infirmer la décision. La commission pourrait intervenir si elle considérait qu’une décision allait à l’encontre de sa mission, «mais on ne considère pas que c’est le cas dans cette situation», a-t-elle indiqué.