/news/politics
Navigation

Des Autochtones victimes du racisme de policiers partout au pays, estime le gouvernement Trudeau

Mélanie Joly
Photo d'archives Mélanie Joly

Coup d'oeil sur cet article

Les communautés autochtones sont victimes du racisme des corps policiers «d’un océan à l’autre» et le cas de Val-d’Or est loin d’être unique, affirme le gouvernement Trudeau.

«Le cas de Val-d’Or est le symptôme d’un problème beaucoup plus grave, d’un océan à l’autre. On entend ça à travers tout le pays, d’un océan à l’autre», a lancé la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly lors d’un point de presse en marge de la rencontre de Québec avec les familles des femmes autochtones disparues et assassinées. Il s’agit d’une étape préalable à la formation de la commission promise par Justin Trudeau.

Sa collègue Carolyn Bennett, ministre des Affaires autochtones, a ajouté que lors des huit entretiens précédant la rencontre de Québec, des autochtones ont rapporté des allégations relatives à des crimes commis par les policiers à l’endroit des communautés. «D’un océan à l’autre, à travers le pays, nous avons reçu ces informations, non seulement à propos d’enquêtes bâclées par les forces policières, mais à propos de crimes commis par celles-ci», a affirmé Mme Bennett.

Les deux ministres estiment que pour de nombreuses femmes rencontrées, le système judiciaire et les forces de l’ordre font preuve de racisme et de sexisme. «Ce ne sont pas que quelques pommes pourries», a spécifié Mme Bennett. Le Canada devra réagir rapidement à ce problème, car les Canadiens «doivent avoir confiance en leur système de justice et envers les policiers», dit-elle.

Mme Bennett a affirmé en novembre dernier, en entrevue avec Le Journal, que le gouvernement du Québec devrait faire sa propre enquête sur la crise qui a secoué Val-d’Or. Elle croit toutefois que la commission fédérale se penchera également sur le sexisme et le racisme des policiers canadiens.

Carolyn Bennett et Mélanie Joly se rendront à Montréal vendredi pour continuer leur tournée pancanadienne. Au moment d’écrire ces lignes, aucun représentant de la communauté autochtone de Val-d’Or n’était enregistré pour les tables rondes de Québec et de Montréal. Certains s’étaient cependant rendus à Ottawa en décembre dernier.