/finance
Navigation

Les municipalités veulent leur part

Port Saguenay pourrait devenir la porte d’entrée du Plan Nord.
Photo Roger Gagnon Port Saguenay pourrait devenir la porte d’entrée du Plan Nord.

Coup d'oeil sur cet article

Les municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne veulent pas rater le bateau, et elles se préparent à accueillir des projets liés au Plan Nord. Deux endroits ont déjà été ciblés sur le territoire pour y installer des Parcs industriels, et ce n’est qu’un début.

La Zone industrialo-portuaire de Port Saguenay, à La Baie, et le parc industriel nordique, dans la MRC Domaine-du-Roy, veulent retirer des bénéfices du Plan Nord.

Selon les vérifications faites par Le Journal, d’autres sites seraient actuellement ciblés dans la région pour être zonés industriels.

Les dirigeants de Port Saguenay ont mis en place, dans les dernières années, tous les éléments propices à recevoir des industries du Plan Nord.

«Il faut être prêt puisque la compétition est féroce. Notre avantage est dans la préparation et nos devoirs sont faits», mentionne Carl Laberge, directeur général de Port Saguenay.

Port Saguenay pourrait avoir un rôle très important à jouer avec l’implantation du Plan Nord. En plus de sa zone industrialo-portuaire, la desserte ferroviaire de Grande-Anse et le port auront une grande utilité pour le transport des matières premières, des minerais et des différents équipements.

«On voit qu’on est une porte d’entrée, ou de sortie, pour le Plan Nord. On essaie de rendre nos sites attrayants pour qu’il y ait des investissements et que les projets aboutissent», assure Carl Laberge.

En préparation 

Au Lac-Saint-Jean, les élus de la MRC Domaine-du-Roy et la communauté de Mashteuiatsh travaillent à l’élaboration d’un parc industriel nordique depuis le printemps dernier.

«L’objectif est de se positionner dans le contexte du Plan Nord. Advenant qu’il y ait des industries qui se mettent en place, il est important que nous ayons des espaces pour les accueillir. Il faut éviter de rater le bateau», souligne Mario Gagnon, directeur général de la Société d’accueil industriel nordique Tshieutinuatatsh.

L’organisme a analysé huit endroits, «isolés de tout» et près des services essentiels, afin de favoriser l’acceptabilité sociale. C’est le site de l’ancienne usine Louisiana-Pacific, à Chambord, qui a été sélectionné comme étant le plus propice pour recevoir le parc industriel nordique.

«Il n’y a rien d’officiel pour le moment. D’autres variables pourraient nous faire changer d’avis. Advenant qu’une industrie ait besoin d’éléments particuliers, les autres sites pourraient être utilisés. L’option de faire un site industriel éclaté, dans différentes municipalités, est également retenue», précise Mario Gagnon.

La fonderie de Métaux BlackRock pourrait toutefois être le premier projet à bénéficier d’un espace dans le parc industriel nordique. Des discussions sont toujours en cours entre les promoteurs et la MRC Domaine-du-Roy.

Plan nord

De son côté, la Société du Plan Nord confirme que le travail se poursuit afin de réaliser les 90 priorités d’actions qui doivent être mise en place dans le plan 2015-2020.

«C’est un travail en continu», assure le porte-parole de la Société, Guillaume Plante.

Depuis le mois de septembre, un agent travaille exclusivement au développement du Plan Nord dans un bureau satellite à Roberval.

Dernièrement, la Société du Plan Nord a soutenu le projet d’Arianne Phosphate et celui de la minicentrale de la 11e chute sur la rivière Mistassini.

D’autres projets pourraient également voir le jour prochainement sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.