/news/currentevents
Navigation

Quatre morts et des blessés dans une école du nord de la Saskatchewan

Coup d'oeil sur cet article

LA LOCHE, Saskatchewan – La GRC a revu à quatre morts le bilan de la tuerie survenue dans une école de La Loche, dans le nord de la Saskatchewan. Précédemment, la police fédérale parlait de cinq morts.

Il s'agit de la pire fusillade dans un établissement scolaire en plus de 26 ans au Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé cette information après avoir été informé par le commissaire de la GRC, Bob Paulson. Il a aussi confirmé l’arrestation d’un suspect. Selon CTV, il s’agirait d’un garçon qui était armé d’un fusil.

«Il s’agit du cauchemar de tous les parents», a-t-il commenté en anglais à partir de Davos en Suisse, où il assiste au Forum économique mondial.

M. Trudeau a réagi rapidement à cette nouvelle. Il a indiqué avoir communiqué avec le commissaire de la GRC, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, qui est député en Saskatchewan, le premier ministre de la province, Bob Wall, et le maire de La Loche pour exprimer ses condoléances.

«Le Canada partage ce deuil et se tient aux côtés de la communauté de La Loche et de toute la Saskatchewan», a déclaré M. Trudeau.

«Tout le monde courait partout»

Plusieurs témoins ont dit avoir vu un «garçon», fréquentant ou ayant fréquenté cette école, ouvrir le feu à l’intérieur de cet établissement, armé d’une carabine.

«Tout le monde courait partout», a raconté Kevin Janvier, maire de La Loche.

«J’ai couru à l’extérieur de l’école. Il y avait beaucoup de cris, il y a eu six ou sept coups de feu avant que j’arrive à sortir», a déclaré à la télévision CBC Noel Desjarlais, élève de 2e année.

La grande majorité des 3000 habitants de La Loche sont d'origine amérindienne, de la nation des Dénés.

«La Loche est dévastée», a déclaré le chef autochtone Teddy Clark au journal Star Phoenix de Saskatoon.

Ancienne mairesse de La Loche, Georgina Jolibois, députée de la région, s’est dite «choquée et attristée» par la fusillade, «qui m’interpelle personnellement, puisque des membres de ma famille fréquentent cette école».

«Nous sommes choqués et attristés par ce drame», a déclaré Perry Bellegarde, le chef de l’Assemblée des Premières nations du Canada.

L’école a été placée en isolement pendant une bonne partie de l’après-midi et la population a été invitée à se tenir loin des lieux de l’incident pour aider la GRC à résoudre cette crise.

There is currently an emergency occurring at the Dene Building and we are asking the public to stay away while the...

Posted by La Loche Community School - LLCS on Friday, January 22, 2016

L’école élémentaire Ducharme de La Loche compte 900 élèves de la maternelle à la 12e année, qui sont répartis dans deux édifices. Les mesures d’urgence ont été décrétées dans l’édifice qui compte des élèves de la 7e à la 12e année.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a déclaré que les mots ne «pouvaient exprimer le choc et la tristesse sur ces événements horribles survenus à La Loche».

Words cannot express my shock and sorrow at the horrific events today in La Loche. My thoughts and prayers are with all...

Posté par Brad Wall sur vendredi 22 janvier 2016

Pire tragédie depuis Polytechnique

Il faut remonter à plus d’un quart de siècle pour retrouver un bilan aussi élevé lors d’une fusillade dans un établissement scolaire.

Le 6 décembre 1989, un jeune homme de 25 ans avait ouvert le feu à l’école Polytechnique de Montréal, tuant 14 personnes dont dix jeunes étudiantes avant de se suicider.

Gestion de crise

Le conseil tribal de la ville de Meadow Lake a envoyé sur place une équipe de crise, formée d’anciens et de professionnels, pour aider la collectivité à passer à travers ce drame.

La Loche est situé non loin de la frontière entre la Saskatchewan et l'Alberta.