/entertainment/movies
Navigation

Roy Dupuis s'en prend au film The Revenant

Roy Dupuis s'en prend au film The Revenant
MARCO WEBER/TVA PUBLICATION/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’acteur Roy Dupuis s’est indigné de la manière dont sont présentés les Canadiens français dans le film The Revenant mettant en vedette Leonardo DiCaprio.

Dans une entrevue accordée au Huffington Post, il ne s’est pas retenu pour exprimer sa déception après avoir vu le dernier film du réalisateur mexicain Alejandro Iñárritu.

Selon Roy Dupuis, les personnages canadiens-français, dans ce film dont l'action se déroule au XVIIIe siècle, sont mal représentés. «On les voit à peine pendant le film, mais quand on les voit, c’est pour les montrer comme d’affreux barbares. C’est les Canadiens français qui violent, qui pendent et qui possèdent les esclaves sexuelles», a-t-il déploré au Huffington Post.

Roy Dupuis avait lui-même été approché pour tenir le rôle de Toussaint, un trappeur français de l’Ouest canadien, dans The Revenant. «J’avais demandé à lire le scénario avant de faire mon choix. Ils n’ont pas voulu, alors j’ai refusé de participer au tournage. De toute façon, c’est de cette manière que je choisis mes rôles aujourd’hui. Pour embarquer dans un projet, il faut que je sois en accord avec l’histoire, sinon tant pis.»

Après avoir vu le résultat final, l’acteur ne regrette pas son désistement: «J’ai bien fait de ne pas m’impliquer dans une œuvre pareille. Quand j’ai réalisé la façon dont les trappeurs français sont traités, j’ai trouvé cela tout simplement insupportable. Ils ont le pire des rôles!»

C’est l’acteur français Fabrice Adde qui a finalement obtenu le rôle de Toussaint.

Roy Dupuis conteste aussi la vérité historique du scénario: «Au niveau de la trame, il arrive des événements qui n’ont tout simplement pas de bon sens! J’espère qu’il ne gagnera pas l'Oscar du meilleur scénario, car le récit, c’est un peu n’importe quoi. Il n’y a aucune crédibilité dans cette histoire de vengeance», a-t-il mentionné.

Selon le comédien, le film déforme particulièrement les faits en ce qui concerne les rapports entre les Français et les Premières Nations: «Les Français sont arrivés avec la mission de faire des alliances avec les Premières Nations. Je ne dis pas qu’il n’y avait pas des brutes parmi les Français, mais la plupart d’entre eux ont épousé des Amérindiennes. Ils ont fondé des familles, ce qui a créé un peuple métissé nommé les Canadiens français, et voilà qu'Iñárritu les met en scène en train de trucider les autochtones. [...] C’est complètement stupide!»

Dupuis affirme aussi que le réalisateur, qui a également coscénarisé le film, a délibérément choisi de déguiser la vérité pour ne pas offusquer les Américains: «Le film est censé être basé sur l’histoire d’un vrai coureur des bois américain. Pourquoi donc le cinéaste n’a-t-il pas montré les meurtres commis par les Américains? Sans doute pour ne pas les choquer ou les blesser, il a préféré insulter l'histoire.»