/sports/hockey
Navigation

Un 1500e match pour Pierre Racicot

Le juge de lignes originaire de Verdun sera honoré ce soir en Floride

Un 1500e match pour Pierre Racicot
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Saison après saison, on fait grand état des joueurs qui atteignent des plateaux importants. Si les équipes soulignent en grande pompe les hauts faits d’armes de leurs porte-couleurs, la LNH ne manque pas de faire de même avec ses arbitres et ses juges de lignes.

Ce soir, alors que les Panthers de la Floride recevront la visite du Lightning de Tampa Bay, Pierre Racicot officiera le 1500e match de sa carrière.

«Ça démontre que ça fait un bon bout de temps que je suis dans la LNH, lance Racicot, joint par Le Journal plus tôt cette semaine. C’est l’équivalent de 1000 matchs pour un joueur.»

Natif de Verdun, Racicot a amorcé cette longue aventure le 12 octobre 1993, au Spectrum de Philadelphie. À ce moment, jamais il n’aurait pensé connaître une carrière qui s’échelonnerait sur plus de deux décennies. «Je n’avais aucune attente. Quand tu commences, c’est difficile de regarder aussi loin. Je m’imaginais mal me retrouver dans le même groupe que des gars comme Gérard Gauthier, Denis Morel ou Kevin Collins, a indiqué Racicot, basé en Floride depuis 20 ans. Quand j’ai commencé, ce sont les gars qui étaient au summum de leur carrière. Ce sont les officiels que j’avais vus à la télévision.»

Gravir les échelons ensemble

Lorsqu’un de ses membres atteint un plateau important, la LNH lui accorde une faveur: celle de choisir les trois collègues avec qui il travaillera.

Ce soir, en Floride, Racicot partagera la glace avec le juge de lignes Michel Cormier de même qu’avec les arbitres Dave Jackson et Marc Joannette.

Racicot rendra la pareille à Joannette qui l’avait invité, tout comme Cormier et Jackson, à l’accompagner pour son 1000e match, sur la glace du Centre Bell, le 17 octobre dernier.

«Marc et moi, on a grandi dans le même quartier. Il habitait à une rue de chez moi. On a joué au hockey dans la ruelle ensemble, on a commencé à arbitrer ensemble et on a gravi les échelons ensemble. Dans notre métier, c’est extrêmement rare», a raconté Racicot.

L’échelon ultime fut celui d’officier, ensemble, la finale de la Coupe Stanley entre les Penguins et les Red Wings en 2009. Côte à côte sur la ligne rouge, ils se sont revus à leur vétuste aréna de quartier.

«Au centre de la patinoire, on s’est regardés et on s’est dit qu’on était rendu loin du trajet que l’on faisait à pied avec notre poche sur le dos et du petit 3 $ qu’on gagnait par match», a raconté l’homme de 48 ans, qui compte huit finales à son dossier.

Encore quelques bonnes années

Toujours aussi passionné qu’à ses débuts en 1993, Racicot peine à voir le jour où il devra accrocher son sifflet. Par chance, ce n’est pas demain la veille.

«Il n’y a rien que je déteste de ce métier. J’adore être dans un aréna, j’aime le jeu, j’aime son évolution, j’aime avoir le sentiment du travail accompli après un match. Pour moi, la passion est encore aussi forte.»

À moins d’une blessure qui viendrait contrecarrer ses plans, Racicot estime qu’il lui reste au moins cinq bonnes années.

«Il y a des signes qui indiquent que la fin approche. Quand tu as le souffle court, quand tu es en retard sur le jeu ou quand tu es souvent dans les jambes, ça ne ment pas. Heureusement, ce n’est pas encore mon cas. Je me tiens en forme et je maintiens un bon poids», a-t-il lancé dans un éclat de rire.

Pierre Racicot en chiffres

Dans la LNH

  • 1500 matchs de saison régulière
  • 194 matchs de séries éliminatoires
  • 8 finales de la coupe Stanley
  • Match des étoiles de 2009

1er match

  • 12 octobre 1993 – Buffalo à Philadelphie

1re série éliminatoire

  • 1998 – Colorado contre Edmonton

1re finale de la coupe Stanley

  • 2006 – Edmonton contre Caroline

1er 7e match de la finale de la coupe Stanley

  • 12 juin 2009 – Pittsburgh à Detroit

Sur la scène internationale

  • Championnat du monde de 2004
  • Jeux olympiques de 2006